Archives par étiquette : Yunnan

Rencontre avec François Boucher, alias Fan Tong, auteur de « Le lièvre blanc du Yunnan »

auteurJournaliste vivant à Hong Kong depuis une vingtaine d’années, François Boucher est l’auteur de plusieurs romans policiers sous le pseudonyme chinois Fan Tong. Ses romans ont généralement pour cadre la Chine du sud, dans laquelle nous suivons des personnages attachants qui tentent de démêler des enquêtes dans des cadres originaux, où le chemin de fer a souvent sa place…

Nous l’accueillons au Phénix pour la 2ème fois à l’occasion de la publication aux éditions du Non-Agir d’un nouveau polar humoristique, Le lièvre blanc du Yunnan.

Résumé du polar :

couvertureUn train, sous un tunnel ; quatre passagers s’envolent, un lièvre surgit… Prestidigitation ? Le train ? Celui du Yunnan, construit par les Français au début du XXe siècle pour relier leur Indochine à la Chine, la ville de Hanoï à celle de Yunansen.
Les disparus ? Tout d’abord Jean Lepleux et Noël Billet, respectivement président et trésorier de l’Amicale ferroviaire de la Nièvre, en voyage d’étude à bord du vénérable chemin de fer, mais aussi mademoiselle Yu, leur interprète, et un certain monsieur Xiong, un drôle de voyageur rencontré la veille.
Quant au lièvre, il est tout blanc, et étalé, raide mort, dans le wagon de l’escamotage. « Un message des ravisseurs », pense Grandjean, le secrétaire général de l’Amicale, car qu’envisager d’autre qu’un rapt ? Va pour le message… mais qui pourrait le déchiffrer ? Grandjean aurait volontiers consulté son ami Billet, grand connaisseur des trains chinois, qui plus est à l’origine de leur périple, s’il n’avait eu la mauvaise idée de faire partie des kidnappés. Il lui reste Thérèse, « la petite interprète de rechange » envoyée par le consulat de France, et le commissaire Wei, en charge de l’enquête, pour éclairer sa lanterne… ou définitivement l’obscurcir.

Rendez-vous
Vendredi 3 juillet à 18h
Entrée libre
Inscription sur notre site

Rencontre avec Liao Yiwu 廖亦武, auteur de « Dieu est rouge » 《上帝是红色的》, le jeudi 12 février 2015

auteurNous avons le plaisir d’accueillir Liao Yiwu 廖亦武, à l’occasion de la parution de Dieu est rouge, un nouveau livre consacré au christianisme en Chine à paraître le 11 février aux éditions Books. Ce nouveau manifeste de Liao Yiwu a été traduit par Hervé Dénès et Li Ru, agrémenté d’une préface de Marie Holzman et Jean-François Bouthors.

Ce livre est paru à Taïwan en 2011 sous le titre Shangdi shi hongse de 上帝是紅色的. Nous avions déjà reçu Liao Yiwu en janvier 2013, à l’occasion de la parution de Dans l’empire des ténèbres, témoignage très fort de ses années de prison en Chine.

Résumé
a-couvLiao Yiwu a été élevé dans l’idée que la religion incarnait le mal. Dans son pays, la Chine communiste, les croyants sont au mieux considérés comme des illuminés, au pire comme des espions impérialistes. Cependant, à force d’être persécuté, Liao Yiwu s’est découvert un lien fort avec les chrétiens chinois, admirant leur engagement pour la liberté d’expression et leur quête de sens dans une société en pleine mutation idéologique. Il s’est donné pour mission de sauvegarder la mémoire des histoires enfouies de ces croyants courageux dont le gouvernement totalitaire n’a pas réussi à briser la foi.
Avec truculence et tendresse, l’écrivain dissident fait parler celles et ceux qu’il est allé rencontrer en ville ou dans les campagnes les plus reculées, jouant parfois à cache-cache avec la police.
À travers ces destins inouïs, se dévoile tout un pan méconnu de l’histoire de la Chine. L’incroyable fidélité, la modestie, la douceur des chrétiens chinois leur vaut aujourd’hui l’admiration d’une grande partie de la population… et fait trembler le régime, qui ne sait comment s’y prendre avec ces insoumis aussi indomptables que pacifiques, prêts à payer le prix du sang.
a-couv2Vieille nonne centenaire ; tibétain catholique ; jeune converti branché ; vénérable doyen protestant descendant d’une lignée de pasteurs d’avant la révolution chinoise ; musicien de rue handicapé ; médecin aux pieds nus… Autant de portraits hauts en couleurs, de récits fascinants, dans lesquels Liao, en agnostique qui ne méprise pas la mystique, s’affirme à la fois comme l’un des écrivains chinois les plus originaux et comme un témoin essentiel pour les générations à venir.
Liao Yiwu est né en 1958. Son père a été condamné lors de la Révolution culturelle en 1966. Marqué par la lecture de Keats et de Baudelaire, l’œuvre de Ginsberg et les chansons de Bob Dylan, il est devenu dans les années 1980 l’un des poètes majeurs de l’avant-garde chinoise. La tragédie du 4 juin 1989 l’a fait basculer dans la dissidence. Libéré en 1994 après quatre ans de prison, il a vécu comme un marginal, poète, musicien, chanteur et écrivain. Ses livres sont interdits en Chine, même s’il est l’un des écrivains chinois les plus lus clandestinement. Son premier ouvrage publié à l’étranger a été L’Empire des bas fonds (Bleu de Chine, 2003). Menacé d’un nouvel emprisonnement, Liao Yiwu s’est enfui en 2011. Il vit aujourd’hui en Allemagne et a reçu en 2012 le prix pour la Paix des libraires allemands. En 2013 la publication en France, de Dans l’empire des ténèbres, le récit de son séjour dans les prisons chinoises pour avoir rendu hommage aux victimes du massacre de la place Tian’anmen (1989) a été un véritable événement.
Depuis vingt ans, son œuvre est la plus puissante et la plus bouleversante description de la Chine vue du côté des humbles et des victimes d’un régime dont il ne cesse de dénoncer la perversion et la folie. Un immense talent littéraire, associé à une grande profondeur spirituelle, un humour ravageur et une juste colère.

Rendez-vous
Jeudi 12 février 2015 à 18h
Entrée libre – Inscription sur notre site

Livre de la semaine : La voie ferrée au-dessus des nuages, de Li Kunwu

Voie ferréeAprès avoir abordé sa propre histoire dans Une vie chinoise, puis le sort des femmes au début du XXe siècle en Chine dans Les pieds bandés, Li Kunwu nous livre une nouvelle bande dessinée, cette fois sur un sujet en lien avec la France : le chemin de fer du Yunnan !

Dans La voie ferrée au-dessus des nuages, nous suivons Monsieur Li à la recherche de l’histoire du fameux chemin de fer construit au début du XXe siècle par les Français dans le sud-ouest de la Chine, dans le but de relier le Vietnam à la ville de Kunming. Du fait du relief très accidenté de cette région, la construction a été à la fois un exploit technique et un drame pour de nombreuses familles chinoises avec la mort de milliers d’ouvriers sur le chantier.

A travers son enquête, Monsieur Li nous emmène au musée du chemin de fer de Kunming et sur les rails du train encore en service, pour finalement tomber sur une collection de photos prises par un ingénieur français à l’époque ainsi qu’un livre retraçant l’histoire de ce Français et sa famille. Mais va-t-il finir par trouver une explication à ce « cimetière des étrangers », objet de sa quête ?

Chemin de fer du yunnan

Le livre que Monsieur Li déchiffre grâce à des étudiants de l’Espace francophone de Kunming s’appelle Un chemin de fer au Yunnan : L’aventure d’une famille française en Chine, rédigé par Pierre Marbotte, le petit fils de cet ingénieur passionné de photos qui les envoyait à sa femme restée en France.

Li Kunwu nous fait revivre le récit de cette famille en redessinant une partie des photos et en reprenant des lettres qu’ils ont échangées à l’époque, le tout conservé précieusement en France par leurs descendants… et qui ont connu une deuxième vie grâce à une exposition à Kunming et la publication de ces deux livres.

Nous vous conseillons vivement de vous plonger dans cette bande dessinée présentant cette voie ferrée si particulière, l’histoire de ceux qui l’on construite et la réalité actuelle de la lutte pour sa sauvegarde dans le contexte de rentabilité économique qui prévaut en Chine.

Le livre-témoignage de Pierre Marbotte est aussi très intéressant à lire, vous y trouverez la reproduction de nombreuses photos d’époque, lettres et reproductions de documents pour mieux comprendre ce que cette famille a vécu. Vous verrez la différence par rapport à des expatriés qui partent en Chine de nos jours !