Archives du mot-clé histoire de chine

« Chine, une certaine vision de l’histoire », de Yves Wintrebert et Han Huaiyuan

couvOù les petites histoires font l’Histoire avec un grand H !

Yves Wintrebert et Han Huaiyuan ont vraiment réussi le pari de nous distraire tout en expliquant certains aspects de la culture et de la société chinoise. Ils ont choisi des histoires puisées dans les répertoires classiques pour illustrer certains thèmes (piété filiale, séduction, cadeaux, éducation, … ) et les ont mis en parallèle avec des anecdotes liées à l’actualité, venant de la presse ou d’Internet.  Par exemple, pour les superstitions, on passe des Royaumes combattants à des conseils trouvés sur Weibo ! Nous vous invitons à vous plonger sans attendre dans ces histoires et anecdotes, aux commentaires non dénués d »humour !

Chine, une certaine vision de l’histoire : Anecdotes et curiosités de la Chine ancienne et moderne, de Yves Wintrebert et Han Huaiyuan, L’Aube, 2014, 240 p.

Commander sur notre site

Rencontre avec Danielle Elisseeff, auteur de « Pu Yi : Le dernier empereur de Chine »

auteurNous sommes heureux d’accueillir Danielle Elisseeff pour la présentation de sa biographie de Puyi, le dernier empereur de Chine. Également auteure de Cixi, impératrice de Chine, Danielle Elisseeff s’attache ici à retracer la vie de Puyi de son éducation dans la Cité Interdite à ses dernières années.

Cette magnifique biographie nous permet de retrouver l’homme derrière les productions diverses et variées que son destin unique et dramatique a pu susciter en Chine. Ce livre nous permet également de retracer ces années chaotiques de l’histoire de Chine, des dernières années de l’Empire à l’éclatement de la Révolution culturelle.

Résumé
couvPuyi, qui régna de 1908 à 1912, est le dernier empereur de la dernière dynastie impériale chinoise : un souverain au destin particulièrement troublé puisque, de péripéties en choix calamiteux, il dut abdiquer trois fois, devint un jouet aux mains des militaires japonais, fut fait prisonnier par l’armée soviétique, comparut enfin devant le tribunal des criminels de guerre de Tôkyô et, malgré une cour assidue à Staline, fut rendu à Mao. Ainsi les premières retrouvailles avec son pays se feront d’abord derrière les portes des prisons de la République populaire… Cent ans plus tard, dans l’imaginaire collectif d’une Chine plus que jamais en quête identitaire, Puyi occupe une place grandissante. D’une manière paradoxale, et depuis plus de 25 ans, les Chinois, tout comme les Occidentaux, ne cessent de regarder ce  » Dernier empereur » à travers les yeux du grand cinéaste Bertolucci : un homme pathétique, mais habité par une haute idée d’un Etat qu’il espère incarner un jour pour le plus grand bien de son pays…. La réalité est cependant moins  » romantique  » et bien plus pragmatique : son éducation et son statut hors-normes ont fait de Puyi un être autocentré sur sa personne et, de ce fait, d’abord un prédateur, tant sur le plan personnel que sur le plan politique. C’est paradoxalement avec ses  » rééducateurs  » communistes qu’il découvre, dans la douleur – en se perdant ou en se trouvant, qui le saura jamais ? -, le remords mais aussi l’intérêt porté à autrui. En s’appuyant sur la publication de documents récemment déclassifiés et de nombreux travaux universitaires, cette belle biographie de Puyi révèle un personnage inattendu sur lequel l’auteur pose un regard neuf et objectif servi par une plume inspirée.

Rendez-vous
Vendredi 5 septembre 2014 à 18h
Inscription et informations pratique sur notre site
Entrée libre

Chinese Lives de Victor H. Mair, Sanping Chen et Frances Wood

couverture de Chinese Lives

Chinese Lives

Livre en anglais

Le livre essentiel à toute personne s’intéressant à la Chine, son histoire et sa culture et tous les étudiants en sinologie et coup de coeur du Phénix ! Chinese Lives présente des notices biographiques pour nombre de personnages majeurs de l’histoire chinoise, qu’il s’agisse d’écrivains, poètes, philosophes, hommes politiques, etc. A la fois concis et tout de même bien complet, ce livre peut servir d’ouvrage de référence à consulter comme une encyclopédie pour replacer tel peintre, penseur, musicien, empereur, grand fonctionnaire, rebelle,  etc. dans son contexte ou en apprendre plus sur sa vie. Il peut également se lire du début à la fin pour le plaisir d’évoluer parmi les grandes personnalités de l’histoire chinoise et retracer de manière plaisante des siècles d’histoire, de dynasties, de création artistique, etc. Car les notices n’ont pas la sécheresse d’entrées de dictionnaire, bien au contraire, et on les lit avec plaisir.

Classé de manière chronologique, ce livre comprend 96 notices biographiques et 83 illustrations.

Chinese Lives, collectif, Thames and Hudson

Rencontre avec François Thierry, auteur de « La ruine du Qin : Ascension, triomphe et mort du premier empereur de Chine »

auteurFrançois Thierry sera présent à la librairie le Phénix le vendredi 15 mars pour présenter son ouvrage La ruine du Qin : Ascension, triomphe et mort du premier empereur de Chine, paru en janvier 2013.

Il offre une biographie du premier empereur de Chine Qin Shihuangdi qui s’affranchit des histoires idéalisées. Il explore l’ascension, le triomphe et la mort de cet homme superstitieux et paranoïaque qui réussit pourtant à unifier l’Empire chinois…

Résumé
Une légende noire entoure Qin Shihuangdi, le premier empereur de Chine. Prince médiocre, arrivé sur le trône du Qin presque par hasard à la fin du IIIe siècle av. n. è. il conquit pourtant tous les royaumes voisins et unifia l’empire chinois. Il fonda en 221 av. n. è. la dynastie Qin, qui mit fin à des siècles de féodalité, et instaura un État centralisé fort… qui s’écroula trois ans à peine après sa mort. Empereur paranoïaque, superstitieux, sans envergure ni vision, il fut pourtant un bâtisseur hors du commun, dont la fameuse armée de terre cuite enterrée, mais aussi la Grande Muraille, constituent les témoignages les plus éloquents.
Immense homme d’État ? Dictateur sanguinaire avant la lettre ? Qui est donc cet homme aux multiples facettes et à l’héritage si contrasté ? Si l’historiographie a caricaturé Qin Shihuangdi, dont l’itinéraire fascinait Mao Zedong, François Thierry rétablit enfin son véritable visage et nous donne de pénétrer dans l’intimité de cet homme d’État au destin si exceptionnel. Complots, règlements de comptes sanglants, ministres véreux… Tels sont les ingrédients de cette passionnante incursion dans l’Empire du Milieu.

Rendez-vous
Vendredi 15 mars 2013 à 18h
Entrée libre et gratuite – Plus d’informations sur notre site

Le chapeau de Vermeer de Timothy Brook

Dans Le Chapeau de Vermeer, Timothy Brook offre une expérience de lecture peu commune qui lance le lecteur dans un tour d’horizon du XVIIe siècle, dans une aventure passionnante qui éclaire les relations, les réseaux et les influences qui traversaient le globe à cette époque.

Tout commence à Delft et plus précisément, dans le Delft du XVIIe siècle, dont on retrouve des traces encore aujourd’hui. Timothy Brook construit son tour d’horizon du XVIIe siècle en partant de 5 tableaux de Vermeer, d’un tableau de son contemporain Van der Burch et d’un plat du musée Lambert Van Meerten. Dans chacune de ces oeuvres, c’est toujours un objet ou un détail qui retient l’attention de Timothy Brook. Ainsi, dans L’officier et la jeune fille riant, c’est le chapeau en feutre de l’officier, dans La liseuse à la fenêtre, la jatte de fruits…

La magie opère alors. D’un objet, Timothy Brook fait surgir la captivante histoire du XVIIe siècle, vous voilà tantôt embarqué sur les navires de la Compagnie des Indes Orientales, tantôt à la cour du dernier empereur des Ming, quelques jours avant sa chute… Le chapeau en feutre de l’officier propulse le lecteur dans les explorations de Champlain, cherchant la Chine au delà des grands Lacs d’Amérique du Nord, tandis que le globe présent dans Le Géographe vous entraînera au bord d’un navire hollandais au destin malheureux. Vous suivrez alors ses naufragés, et découvrirez à travers leurs yeux une Chine réticente à laisser les étrangers s’adonner au commerce sur ses terres.

Timothy Brook offre des fenêtres sur cette Chine de la fin des Ming qu’il connaît bien et conte au lecteur nombre d’anecdotes mettant en scène marchands, lettrés et fonctionnaires. Vous y verrez s’affronter les deux camps (pour et contre le commerce avec les Occidentaux) et vous observerez les fabricants de Jingdezhen (là où est produite cette fameuse porcelaine qui plaît tant aux Européens) s’adapter au marché pour mettre au point des ustensiles à usage exclusivement occidental (comme le « grand bol à soupe creux »). Vous découvrirez comment le tabac, venu d’Amérique et popularisé en Europe, s’est ensuite répandu en Chine… au point que le plat de Van Meerten n’hésite pas à représenter un immortel chinois « qui chevauche un chien-tigre mythologique tout en tirant énergiquement sur une pipe à long tuyau » p. 178

Timothy Brook éclaire avec génie les influences (voulues, accidentelles, inconscientes) que les nations ont tissées entre elles, tout en soulignant l’obsession absolue qu’a été, pour les Européens du XVIIe siècle, la Chine de Marco Polo, ses porcelaines, ses soieries, ses trésors…

Alors que tout part d’un objet, tout y revient : après un voyage stupéfiant d’Europe à l’autre bout du monde, vous verrez derrière le chapeau de l’officier sur la toile de Vermeer tout un monde se déployer : naufrages, massacres, prisonniers, esclaves mais aussi échanges commerciaux, alliances, étonnement mutuel et la soif insatiable qui poussa tant d’Européens sur la route des « Indes orientales ».

Le livre est paru en 2012 en poche dans la collection « Petite bibliothèque Payot ».

Suivre ce lien pour commander Le Chapeau de Vermeer sur le site de la librairie.