Archives du mot-clé culture coréenne

Contes maléfiques de Corée, bilingue coréen-français

Contes maléfiques et autres merveilles de Corée est un recueil grand format illustré qui a vu le jour grâce au travail de Rodolphe Meidinger professeur dans le département de français de l’Université Nationale de Chungbuk. Ce sont les étudiants coréens apprenant le français qui racontèrent ces contes à Rodolphe Meidinger :

(…) A travers un atelier d’écriture dirigé, ils me dévoilèrent ces contes fantastiques aux tonalités macabres, empreintes de sorcellerie, peuplées de fantômes et de créatures chimériques. Ces histoires, ils les puisèrent dans le sombre répertoire d’auteurs anonymes, témoins de l’étrange et d’événements obscurs qui se déroulèrent à Hanyang, l’ancienne Séoul, mais aussi dans des lieux les plus reculés de  Corée (extrait de la préface)

Entièrement bilingue coréen-français et illustré par les étudiants du département de design de la même université, ce recueil (« grimoire » comme l’appelle Rodolphe Meidinger) renferme 11 contes « maléfiques » magnifiquement illustrés (chacun dans des styles très différents). Un véritable trésor pour les amoureux des contes, les passionnés de culture coréenne et bien sûr, tous ceux qui apprennent le coréen et désirent lire des textes en bilingue coréen-français !

Sommaire :

1- 은혜갚은 꿩 / Les faisans miséricordieux
2- 구렁이의 저주 / La malédiction du serpent
3- 물고기가 맺어준 인연 / Le serment du poisson
4- 우렁 각시 / L’épouse sortie des eaux
5- 두꺼비의 보은 / La récompense du crapaud
6- 호렁이 의원을 데려감 / Le tigre emmène le docteur
7- 귀신과 장님 / Le fantôme et l’aveugle
8- 욕심많은 무당 / La chamane cupide
9- 옹고집전 / Le sosie de paille
10- 첩의저주 / La malédiction de la concubine
11- 장화옹련 / L’histoire de Jang-hwa et Hong-ryun

Commander sur notre site

Vendredi 30 août : soirée franco-coréenne de l’association Bonjour Corée

L’association Bonjour Corée clôt ses cours d’été au Centre Culturel Coréen par une soirée d’échanges entre Coréens et Français. La soirée se tiendra vendredi 30 août 2013 à partir de 18h au CCC. L’entrée est à 5euros (gratuite pour les élèves).

Sollicitée par l’association Bonjour Corée, la librairie le Phénix a offert 10 bons d’achat de 5euros qui seront distribués lors de la soirée. En espérant donc vous revoir très bientôt au Phénix, nous vous souhaitons une bonne soirée vendredi 30 !

Plus d’information sur la page facebook de l’association.

Tigre et kaki

Ce livre de contes coréens traduits par Maurice Coyaud et LI Jin-Mieung est un petit recueil essentiel pour tous ceux qui s’intéressent à la culture coréenne. Nourrissant l’imaginaire et les représentations, les contes façonnent une certaine vision du monde. On croit les connaître, ils nous surprennent par leur audace (pensons notamment au voleur écrasant les testicules de l’ours dans « Tigre et kaki », le conte éponyme)… Ces contes de Corée n’hésitent pas à se moquer des plus puissants tout en faisant des faibles et des pauvres les plus ingénieux. On y retrouve des échos qui font irrésistiblement penser aux traditions occidentales (les frères Grimm par exemple) et orientales (notamment le « Démon embouteillé à Mokp’o, voir « L’histoire du pêcheur » dans Les Mille et une nuits). Les contes ont cette particularité de nous être familiers tout en nous dépaysant : ici ce n’est pas le grand méchant loup qui mange la grand-mère, mais le tigre…

Tigre et kaki et autres contes de Corée, Maurice Coyaud et Li Jin-Mieung, Gallimard

Shim Chong, fille vendue de Hwang Sok-yong

Ce roman de Hwang Sok-yong prend pour thème de départ le conte traditionnel « La pieuse Shim Ch’ong » (voir : Tigre et kaki et autres contes de Corée, Gallimard Connaissance de l’Orient, p. 51). Mais contrairement aux contes, aucun prodige surnaturel ne vient sauver Shim Chong et rendre la vue à son père. Si le roman s’ouvre sur cette fameuse traversée en mer au cours de laquelle Shim Chong doit être sacrifiée (symboliquement dans le roman), la suite quitte la magie du conte pour une réalité historique des plus crues.

Voici le lecteur plongé dans la Chine du XIXe siècle, sous une dynastie Qing affaiblie par l’intrusion massive de l’opium par les Occidentaux. Chong y a été vendue et loin d’atterrir dans le Palais du roi-dragon, se retrouve plongée dans les maisons de plaisir, à la veille de la Guerre de l’Opium.

A travers le destin extraordinaire de l’héroïne c’est tout un monde ou plutôt plusieurs mondes qui se déploient : les villes portuaires pleines de richesses, lieu d’échanges commerciaux et culturels où foisonnent les objets et les gens venus de tous horizons mais également les contrées plus reculées où sévissent les truands, où les femmes se font enlever et vendre pour alimenter le négoce sexuel. La condition des filles de joie, les lieux de plaisirs, et les clients évoluent à mesure qu’on s’éloigne des villes enrichies par le commerce. Car le monde de la prostitution connaît aussi ses propres classes sociales : luxe des maisons huppées accueillant de riches clients et d’influents fonctionnaires, humiliation de maisons de passe devant lesquelles s’entassent des dizaines de marins.

C’est dans ce monde impitoyable que Chong tente de trouver sa place, et ce ne sont pas les dieux du ciel qui la conduisent, mais bien sa volonté d’améliorer sa condition, sa fierté et sa volonté sans faille.

Plus d’informations et documents (dont la carte du périple de Chong) sur le site des éditions Zulma.

Festival K-Vox Voix Coréennes : 1ère édition !

Le festival K-Vox « Voix Coréennes » vous propose un programme culturel alliant littérature, théâtre et p’ansori ! Nous sommes heureux d’accueillir la première étape du festival avec la présentation du roman A qui mieux mieux par son auteur : Song Sok-ze le mercredi 26 juin !

Festival K-vox

Pour connaître le programme complet du festival K-vox, nous vous invitons à vous rendre sur le site officiel du festival. Le festival se tient du 26 juin au 14 juillet, à Paris, Vausse, Bruxelles et Avignon.