Archives du mot-clé amour

China Love : comment s’aiment les Chinois

L’amour existe-t-il en Chine ? Vaste question à laquelle il n’est pas aisé de répondre. Dorian Malovic s’est intéressé au sujet et a essayé d’y apporter une réponse.

China Love, Dorian Malovic

China Love, Dorian Malovic

China Love est une enquête constituée sur deux axes : un axe chronologique en quatre parties (la recherche de l’amour, le mariage, la vie conjugale et le chaos sentimental post-mariage). Dans les premiers chapitres, l’auteur s’est prêté au jeu de l’amoureux transi dans des relations épistolaires et a accepté de participer à des rencontres organisées par des agences matrimoniales afin de découvrir les attentes des Chinoises et leur vision de l’amour. S’ensuivent un dur retour à la réalité et un désenchantement. A travers son enquête, nous pouvons constater une certaine tendance matérialiste qui se traduit par la recherche d’un mari fortuné, aux dépends du romantisme généralement associé à l’amour et au mariage. L’auteur ne critique pas les faits, il les expose et essaie de comprendre les causes de cette vision pragmatique.

Le second axe est conçu selon les différentes couches de la société. Sur un ton neutre, l’auteur nous brosse différents portraits, notamment celui de parents qui organisent désespérément des rendez-vous arrangés entre eux pour décider d’une potentielle rencontre entre leurs enfants. Dans chaque récit, nous découvrons les blessures profondes de ceux qui se sont épanchés auprès de Dorian Malovic, ils ont dû s’adapter à la société chinoise actuelle, qui a connu un développement économique très rapide.

Une enquête inédite qui vous fera découvrir les dessous de la séduction à la chinoise, les aléas de la vie conjugale et qui donne également une rare voix aux sujets qui fâchent : l’homosexualité, la prostitution, l’éducation sexuelle et le rapport à l’argent.

China Love, comment les Chinois s'aiment, Dorian Malovic

China Love, comment les Chinois s’aiment, Dorian Malovic

Notre conseil

Lire l’article de Juliette Morillo publié sur Asialyst à propos de China Love : « Les Chinois ne peuvent pas encore s’offrir le luxe de l’amour », ainsi que les articles sur Asialyst de Dorian Malovic.

Commander

Call-Boy

Après le grand succès de Ikebukuro West Gate Park, Call-Boy est la nouvelle traduction d’un roman de Ira Ishida.

Call-Boy, Ira Ishida, librairie le phénix

Call-Boy, Ira Ishida

Dans un style simple à la discrète élégance, l’auteur nous fait suivre dans ce nouveau roman le parcours initiatique d’un jeune homme de vingt ans, Ryô. Celui-ci, intelligent mais que tout ennuie (que ce soit les cours à l’université ou les relations humaines), semble voué à se morfondre, jusqu’à sa rencontre avec Madame Midoh qui lui propose de travailler à son service en tant qu’escort-boy.

En découvrant l’univers des désirs féminins et en se mettant progressivement à l’écoute d’autrui, Ryô va finir par sortir de sa torpeur et se découvrir lui-même.

Les scènes d’amour sont décrites de manière explicite, parfois presque clinique mais sans voyeurisme ; toujours avec tendresse et dénuées de tout jugement. Sont ainsi dévoilés sous le regard bienveillant du protagoniste, les désirs et fantasmes de femmes mais aussi d’hommes de 20 à 70 ans et plus. Ce sont aussi et surtout les histoires d’êtres humains qui se cherchent et tentent de composer avec leurs fêlures. Ishida Ira dépeint avec talent et lucidité la construction d’une jeune personne dans une société en mal de repères.

Au-delà de son sujet sensible, celui du commerce des corps et des amours tarifées, ce roman apparaît comme une invitation à s’ouvrir, à aller à la rencontre de l’autre à travers les valeurs de l’écoute et du respect.

A découvrir dans la traduction limpide de Rémi Buquet.

Commander

« Le restaurant de l’amour retrouvé »

Tout commence par un abandon. Rinco, jeune japonaise de 25 ans, se retrouve sans rien après le départ inopiné de son petit-ami indien et n’a pas d’autre choix que revenir habiter chez sa mère, avec qui elle ne s’est jamais vraiment entendu. Ce choc lui fait perdre la voix mais sera l’occasion d’un nouveau départ…

Elle décide de monter un restaurant dans ce petit village de montagne et de mettre ses talents de cuisine à profit pour concocter des repas sur commande, ne servant qu’une seule table à la fois, après avoir longuement discuté avec ses clients pour savoir ce qui leur ferait réellement plaisir. Choisissant des aliments de premier choix, venant de la forêt voisine ou produits localement, elle émerveille ses clients et leur redonne goût à la vie.

Beaucoup de choses s’entremêlent dans le livre d’Ito Ogawa : la déception amoureuse, les relations entre mère et fille, entre grand-mère et petite fille, l’amour de la cuisine, des choses bien faites, des bons produits, le don de soi, le partage d’expérience, l’harmonie avec la nature, l’importance de la parole pour faire passer ses émotions, les mythes de l’enfance…

J’ai beaucoup aimé la vision qu’a Rinco de la cuisine comme un art, un raffinement, mais en même temps quelque chose d’essentiel à la vie car elle apporte l’énergie dont on a besoin pour le corps et pour l’esprit ! Rinco cuisine avec une précision et une finesse extrême et le lecteur la suit dans ses réflexions et ses choix culinaires. On découvre à la fois la cuisine japonaise et une cuisine multiculturelle inventive que Rinco a acquise en travaillant dans de nombreux cafés et restaurants en ville. Cuisine japonaise, chinoise, indienne, turque, française, italienne… toutes les saveurs s’entremêlent avec bonheur pour construire des menus sur mesure censés combler les manques dans la vie des clients de ce restaurant hors du commun.

Cependant, Le restaurant de l’amour retrouvé ne finit pas avec l’habituel « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Rinco ne tombe pas amoureuse de l’ami d’enfance qui lui semble tout destiné et les relations avec sa mère changent brutalement pour amener vers une fin à laquelle on ne s’attendait pas…

Bref, je recommande la lecture de ce livre à tous ceux qui voient la cuisine comme un art immanquablement créatif et qui pensent que concocter un bon repas à ses proches est la meilleure des thérapies du bonheur !

Commander