Archives pour la catégorie Littérature

Rencontre-dédicace avec l’auteur A Yi

AYIbisNous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie l’écrivain chinois A Yi 阿乙, qui viendra nous présenter son livre Le jeu du chat et de la souris (titre original en chinois :下面,我该干些什么), à paraître le 19 avril 2017 aux éditions Stock.

Présentation du livre

« J’étais l’ange de la mort, j’avais un pouvoir illimité, je pouvais décider de la vie et de la mort de ces passants, et eux, eux qui pensaient que le monde suivait son cours, ne comprendraient pas cette chose absurde et désespérante qui leur arriverait. »

Par une journée ordinaire, dans une petite ville de la Chine provinciale, un adolescent tue de trente-sept coups de couteau sa camarade de classe. Il a méticuleusement préparé son geste, planifié sa fuite, organisé sa défense. Mais pour quelle raison ?

Dans ce premier roman magistral, A Yi s’empare d’un fait divers glaçant pour révéler les fêlures d’une société chinoise en pleine mutation.

Traduit du chinois par Mélie Chen

A propos de l’auteur

A Yi 阿乙 est né en 1976 dans la province du Jiangxi. Ancien policier, il a quitté son travail pour devenir journaliste. Auteur de nouvelles et d’un récit autobiographique, Le jeu du chat et de la souris est son premier roman. Il a connu un grand succès en Chine et a été traduit en anglais et en italien.

9782234079038-V-V02.indd

Rendez-vous :
Lundi 29 mai 2017 à 18h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre 
Inscription sur notre site

Rencontre-dédicace avec l’auteur et journaliste Bruno Birolli

BrunoBirolliBisNous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie le journaliste et écrivain Bruno Birolli qui viendra nous présenter son livre La suite de Shanghai Tome 1 : Le music-hall des espions paru en janvier 2017 aux TohuBohu Editions.

Présentation du livre

Shanghai, les années 30. Dans le petit monde occidental, c’est la guerre larvée entre espions. Tout le monde a son idée du bien et du mal. Vous traversez la rue, passez d’une concession à l’autre ou dans un quartier chinois et ce n’est plus la même police, les lois changent, la morale est différente. Fatalement un jour, on se retrouve du mauvais côté de la barrière, à un endroit où on ne devrait pas être… Pour réaliser qu’i n’y a pas de justice, qu’elle est une illusion… aussi creuse que l’intrigue projetée sur l’écran du Carlton… un mirage qui va crever une fois la salle rallumée… Ce ne sont pas les plus intelligents, les plus vertueux ou les plus braves qui survivent.

Mais les chanceux ! Et les tricheurs, comme aux dés, comme à la guerre, comme à Shanghai… Le premier tome de La Suite de Shanghai, une série policière aux effluves d’alcool anglais et de jazz américain dans une chaleur moite qu’un ventilateur de plafond fatigué ne parvient pas à rafraîchir.

A propos de l’auteur
Bruno Birolli a bourlingué 30 ans en Extrême-Orient comme journaliste. Nous l’avions reçu en 2013 à l’occasion de la parution de son ouvrage  : Ishiwara : l’homme qui déclencha la guerre, aux Editions Armand Colin.

couvertureBIS

Rendez-vous :
Samedi 29 avril à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

Rencontre-dédicace avec l’écrivain chinois Liu Zhenyun 刘震云

LiuZhenyunNous sommes heureux d’accueillir l’écrivain Liu Zhenyun 刘震云 le jeudi 30 mars 2017 à 18h à la librairie !

Aux côtés de Geneviève Imbot-Bichet, traductrice et directrice de la collection Bleu de Chine (Gallimard), Liu Zhenyun présentera ses derniers livres en français : Le téléphone portable, à paraître en avril 2017 et Je ne suis pas une garceparu en mars 2015 aux éditions Gallimard.

Présentation des livres

Le téléphone portable 手机

9782070144969FSCélèbre présentateur sur une chaîne de télévision pékinoise, Yan Shouyi anime un talk-show intitulé «Appelons un chat un chat» où honnêteté et franchise sont de mise. Mais derrière le rideau, il s’enlise inexorablement dans le mensonge et la trahison. Marié à Yu Wenjuan, il la trompe en effet avec la belle Wu Yue. Or, infidélité et téléphone portable ne font pas bon ménage. Et l’inévitable finit par se produire : Yu confond le mari volage et demande le divorce. Liu Zhenyun signe ici une satire des relations humaines. Car derrière un instrument de communication a priori inoffensif se cache ce qu’il appelle une bombe à retardement. Susceptible d’exploser à tout moment, elle apparaît comme la métaphore d’une société en perte de repères où la communication, parce qu’instantanée, est biaisée, altérée. Pensé comme un outil de rapprochement, le téléphone portable finit ainsi par éloigner les gens les uns des autres. Dans un style incisif, aux phrases simples et lapidaires, l’auteur développe ses thèmes de prédilection : la parole et son rôle dans les interactions humaines, ainsi que les transformations qu’elle subit à travers la modernisation de la société.

—–

Je ne suis pas une garce 我不是潘金莲

Je ne suis pas une garceUne jeune femme se rend chez le juge afin de demander le divorce, lequel a pourtant déjà été prononcé. Situation ubuesque, pourrait-on croire ; mais le lecteur découvrira bientôt que la vie de Li Xuelian s’empêtre dans une réalité aussi absurde que sans issue. Déterminée à lutter pour obtenir réparation de ce qu’elle a vécu comme une injustice, à faire entendre et reconnaître comme telle une parole bafouée, enfin – et surtout – à conserver sa dignité, Li Xuelian affrontera, jusqu’à Pékin et souvent vainement, tous les échelons de l’administration judiciaire et politique. Je ne suis pas une garce serait tragique, voire pathétique, si Liu Zhenyun ne nous livrait ici un roman déconcertant, incisif, quoique enlevé à grands traits d’humour, jusqu’à l’ultime pirouette d’un épilogue inattendu.

A propos de l’auteur

Liu Zhenyun (chinois : 刘震云), né en 1958 dans la province du Henan, est un écrivain chinois.

En 1973 Liu Zhenyun entre dans l’armée et passe cinq ans dans le désert de Gobi. Après des études à l’université, il devient journaliste au Quotidien des agriculteurs.

En 1987 il publie une première nouvelle La boutique de la Tour dans la revue Littérature du peuple (人民文学, Rénmín Wénxué), qui est accueillie par le public avec grand intérêt. Son roman-fleuve, La farine et les fleurs de mon pays natal, paru en 1998, est considéré comme le premier roman intellectuel.

Le plus grand succès est rencontré par son roman, Le portable (手机, shǒujī), dont 220 000 exemplaires ont été vendus dès le premier mois. Son adaptation au cinéma, scénarisée par Liu Zhenyun, a été réalisée en 2003 par Feng Xiaogang.

En examinant le style, on remarque une rupture avec l’idéologie de l’ancien système, qui est remplacée par une banalisation se traduisant sous forme de fortes exagérations, d’un langage incontrôlé et de subjectivité, en contraste avec le réalisme socialiste.  (Book.node)

Rendez-vous :
Jeudi 30 mars à 18h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

 

Rencontre-dédicace avec les trois poètes Yu Xiang, Shu Cai et Li Li pour la présentation de leurs recueils de poèmes bilingues

Nous avons le plaisir de recevoir trois poètes chinois, Yu Xiang 宇向, Shu Cai 树才, et Li Li 李笠, accompagnés de leur traductrice Chantal Chen-Andro et de Xu Shuang, professeur à l’Université Paris Denis Diderot, à l’occasion de la parution de recueils de poèmes bilingues chinois-français aux éditions Caractères.20170224poeteschinoisBIS

Les auteurs présenterons d’abord leur oeuvre après quoi s’en suivront des lectures bilingues d’une sélection de poèmes.

A propos des auteurs 

Shu Cai 树才(1965- )

(à droite)

Poète et traducteur, né à Fenghua dans la province du Zhejiang. Diplômé en 1987 de langue et littérature françaises, il a été diplomate de 1990 à 1994 à l’Ambassade de Chine au Sénégal. Un bon nombre des poèmes du recueil « Le solitaire » (单独者) ont été écrits à Dakar pendant cette période. Chercheur en poésie française à l’Institut des Littératures étrangères de l’Académie des Sciences Sociales de Chine, il vit actuellement à Beijing. Traducteur de Pierre Reverdy, René Char, Saint-John Perse et Yves Bonnefoy, Shu Cai est l’un des fondateurs de l’école de la poésie « la Troisième Voie » et s’investit particulièrement dans l’étude des littératures et cultures étrangères. Il est l’un des fondateurs de la revue trimestrielle 《读诗》(Lire la poésie) et de la revue annuelle 《译诗》(Traduire la poésie), crées en 2011. Ses poèmes ont été traduits en français et en anglais. Il est venu en France invité par la Biennale des poètes en Val de Marne en 1997. Il a participé au numéro double 191-192 de la revue Action poétique « Ateliers d’aujourd’hui » pour la langue chinoise. Il a reçu la Médaille de « Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques » en 2008. Pour le Printemps des poètes 2013, il a fait une lecture avec le poète tchadien Nimrod à la librairie-galerie des Éditions Caractères. Il est actuellement en résidence à la meet de Saint –Nazaire.

Recueil de poésie:
《单独者》 (Le Seul), Huaxia chubanshe, 1997.
《树才诗选》(Choix de poèmes), The Milky Way Publishing Co. Hongkong, 2003.
《树才诗选》(Choix de poèmes), Changjiang wenyi chubanshe, 2011.
Des traductions en français de ses poèmes ont paru dans Action poétique (automne-hiver 1997), Noir sur blanc, une anthologie (Fourbis, 1998), l’anthologie Le ciel en fuite (Circé, 2004 ) et la revue Europe (n°1003-1004, nov.- déc. 2012) : dans le dossier « Poètes chinois d’aujourd’hui : une poésie en quête du réel ». Dix poèmes ont paru dans la Revue des ressources.

Li Li 李笠 (1961- )

(à gauche)

Poète, traducteur, photographe, né à Shanghai. En 1979, il est admis au département de suédois de l’Institut des langues étrangères de Beijing. En 1988, il s’inscrit à l’université de Stockholm pour étudier la littérature suédoise. En 1989 il publie son premier recueil en suédois : « Les yeux dans l’eau », suivront « L’évasion », « L’habitat c’est vous » (1999), « La source » (2007) qui lui vaudront le « Prix littéraire de la presse suédoise » et d’autres récompenses. Au début de son séjour en Suède, il a réalisé cinq films poétiques, qui ont été diffusés dans une émission culturelle de la première chaîne de télévision suédoise, dont « La ville blanche » et « Deux villes d’eau ». Il a traduit l’œuvre poétique de Thomas Tanströmer, celle de la poétesse finlandaise d’expression suédoise Edith Södergram (1892-1923). Il a publié des livres de photos : en 2011, « Vera, Simon et leur monde » (维拉,西蒙 和他们的世界), en 2014, « Photographie-poésie » (诗摄影). En 2016 est publié son recueil de poèmes : « 雪的供词 » (Confession de la neige).

Yu Xiang 宇向 (1970-)

(au bas)

Elle vit à Jinan, dans la province du Shandong. Après s’être intéressée à la musique non officielle, à la peinture contemporaine, elle se consacre depuis 2000 à l’écriture. Sa poésie est marquée par un rythme syncopé, souvent répétitif. Yu Xiang s’exprime de façon directe, avec des mots de tous les jours. Toutes ces caractéristiques donnent, à la lecture de ses textes, une impression de force. Elle a reçu de nombreux prix dont, en 2004, le prix de poésie « Rou Gang ». Fondé en 1992, il s’agit du premier grand prix poétique à valeur nationale attribué en Chine par un particulier depuis la fondation de la République. D’autres choses, publié en bilingue en 2016 aux Éditions Caractères, est le premier recueil de poèmes de Yu Xiang traduits en français.

Rendez-vous :
Vendredi 10 mars à 18h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

Rencontre-dédicace avec la styliste et écrivaine Anna Moï pour la présentation de ses livres « Le venin du papillon » et « Le pays sans nom »

Nous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie Anna Moï, écrivaine d’origine vietnamienne, qui viendra nous présenter ses deux derniers livres, Le venin du papillon, paru le 9 février 2017 aux éditions Gallimard et Le pays sans nom : Déambulations avec Marguerite Duras, paru le 5 janvier aux éditions de l’Aube.

Présentation des livres

product_9782070197842_195x320Le venin du papillon

Pendant une année de sa vie, Xuân caracole à travers une adolescence qui s’achève en accéléré, sur fond d’ère post-coloniale française et de guerre américaine, dans un pays non nommé qui pourrait être le Vietnam. Ba, son père, est un officier militaire excentrique. Sa mère, Mae, exerce les métiers les plus improbables afin de joindre les deux bouts. Préoccupée par ses seins trop petits, Xuân l’est également par les positions yogiques et politiques de Ba, l’animisme de sa mère, le décompte quotidien des morts de la guerre et le climat urbain explosif. Elle est initiée au sexe par Edgar, un énarque membre des services de renseignements français, et se joint à une bande incontrôlable qui s’adonne aux rodéos à moto dans la ville et à tous les excès : drogue, alcool, sexualité débridée.
Loin du climat nostalgique propre aux réminiscences de la jeunesse enfuie, le ton à la fois caustique et sensuel, très tonique du récit le rend particulièrement attachant. Chez Anna Moï la jeunesse a raison de tout, même des désastres historiques et des tragédies guerrières.

——-

2093-Moï-Le pays sans nom-couv avec bandeauLe pays sans nom : Déambulations avec Marguerite Duras

Elles sont deux écrivaines nées dans le même pays. C’est le Viet-nâm… et ce n’est pas le Viet-nâm. C’est le Pays sans nom. À partir de ce fil, Anna Moï déambule avec ­Marguerite Duras dans des lieux qui leur sont mythes communs – le passage Éden, le bac, les bungalows, les voitures de légende, le Mékong – revisités de nos jours. En filigrane s’écrit une histoire d’amour avec un homme auquel Anna Moï s’adresse en creux, sans jamais le ­nommer. Ce texte, écrit avec toute la malice et la tendresse qui caractérisent son auteure, est un vrai délice pour tous les amoureux de la littérature, du Viet-nâm, d’Anna Moï et de Marguerite Duras.

A propos de l’auteure

Originaire de l’ancien Sud Vietnam, Anna Moï vit et travaille à Paris. Elle a déjà publié plusieurs recueils de nouvelles et romans parmi lesquels Riz noir et Rapaces aux Éditions Gallimard.

MOÏ Anna photo F. Mantovani Gallimard 8248C2 12.2016

Rendez-vous :
Samedi 25 février à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

 

Rencontre-dédicace avec l’auteur Qiu Xiaolong(裘小龙) pour la présentation de son dernier polar «Il était une fois l’inspecteur Chen»

Nous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie l’écrivain chinois Qiu Xiaolong裘小龙, à l’occasion de la publication en français de son dernier roman intitulé Il était une fois l’inspecteur Chen, paru le 3 octobre 2016 aux éditions Liana Levi et traduit de l’anglais par Adelaïde Pralon.

Présentation du livreQIUXIAOLONG-Sophie Bassouls - Copie

Chen Cao a grandi au temps des dénonciations de masse et des excuses publiques : « Honte aux intellectuels bourgeois ! », »le suis pourri du coeur aux orteils, je mérite des milliers de morts ! » Il a vu son père accusé, sa famille humiliée. Des années plus tard, lorsque l’Etat lui assigne un poste subalterne dans un commissariat de la ville, un drame fait écho à ce passé de fils de « monstre noir ». Fu, un commerçant de la Cité de la Poussière Rouge, spolié sous Mao puis réhabilité et grassement indemnisé, est retrouvé assassiné…
Une affaire qui marquera les premiers pas sur le terrain d’un poète de coeur devenu flic par hasard. Pour ce dixième volet des aventures de l’incorruptible Chen, Qiu Xiaolong dévoile la jeunesse de son personnage fétiche, sa toute première enquête et les heures les plus sombres de la Révolution culturelle, il y a cinquante ans. Il signe ici son roman le plus personnel.

A propos

Pour ce dixième volet des aventures de l’incorruptible Chen, Qiu Xiaolong dévoile la jeunesse de son personnage fétiche, sa toute première enquête et les heures les plus sombres de la Révolution culturelle, il y a cinquante ans. Il signe ici son roman le plus personnel.

«Le roman le plus émouvant de Qiu Xiaolong.» Les Échos (lire la suite)

«Il n’en finit pas de dénoncer le système politico-économique chinois et la corruption qui le gangrène.» Libération (lire la suite)

«Un livre poignant du Sherlock Holmes chinois.» Europe 1

«Le dixième et très émouvant volet des aventures de son héros Chen.» Le Figaro Magazine (lire la suite)

«Ce roman intime est aussi une “rédemption symbolique”.» Le Point (lire la suite)

«Xiaolong sait plonger son lecteur dans un autre siècle, il suffit de tourner une seule page de ses romans.» La Croix (lire la suite)

«C’est un extraordinaire roman que nous livre Qiu Xiaolong à travers la jeunesse de l’inspecteur Chen, où il partage avec nous la sombre histoire de la révolution culturelle et une des clés de son parcours d’écrivain.» Page des libraires, Librairie Le Passeur de l’Isle, L’Isle-sur-la-Sorgue (lire la suite)

A Mathematician (?)

Rendez-vous :
Mercredi 29 mars 2017 à 18h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

Rencontre-dédicace avec les directeurs de l’anthologie historique de la de littérature taïwanaise moderne

 
Nous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie Mme Isabelle Rabut et M.Angel Pino, directeurs de l’anthologie, qui viendront nous présenter cette publication en deux tomes, Le petit bourg aux papayers et Le cheval à trois jambes, édités sous leur direction et parus le 01 décembre 2016 aux éditions You Feng.Présentation des livres

LE PETIT BOURG AUX PAPAYERS
Anthologie historique de la prose romanesque taïwanaise moderne I

En 1895, Taiwan devient possession japonaise. Le japonais s’impose peu à peu comme langue d’écriture, et le mouvement kôminka enclenché en 1937 accélère l’acculturation des élites taïwanaises. La littérature en langue vernaculaire qui naît sur l’Île au milieu des années 1920 dans le sillage du mouvement de la Nouvelle Culture est profondément marquée par le contexte colonial : les thèmes de l’oppression et de l’injustice sociale y tiennent une place essentielle, qui lui confère une tonalité de gauche très prégnante ; mais on y lit aussi, surtout à partir des années de guerre, le désarroi des jeunes gens déchirés entre leurs racines taïwanaises et la fascination d’un Japon symbole de modernité. C’est ce tableau mouvant et complexe que la présente anthologie s’est efforcée de rendre sensible : à côté des classiques incontournables que sont devenus « Une balance », de Lai He ou « Le Livreur de journaux » de Yang Kui, elle donne la parole à des auteurs moins connus comme Wang Changxiong et Wu Yongfu, dont les textes exposent les doutes qui taraudaient nombre de Taïwanais au cours des années 1930 et 1940.

Textes de Lai He, Yang Kui, Wu Yongfu, Lü Heruo, Long Yingzong, Zhang Wenhuan
et Wang Changxiong,
traduits du chinois ou du japonais par Sonia Au Ka-lai, Mélie Chen, Tan-ying Chou, Gérard Henry, Charlotte Malo-Masuda, Angel Pino et Isabelle Rabut, et édités par Angel Pino et Isabelle Rabut.
—————————–

LE CHEVAL A TROIS JAMBES
Anthologie historique de la prose romanesque taïwanaise moderne II

En 1945, le gouvernement nationaliste de Tchiang Kai-chek reprend possession de Taiwan. La grande migration consécutive à sa défaite en Chine amène de l’autre côté du détroit plus d’un million d’exilés du Continent. Les écrivains taïwanais sont marginalisés et l’interdiction faite d’utiliser le japonais réduit au silence nombre d’entre eux. Un climat politiquement lourd s’installe sur l’Île, placée sous le régime de la loi martiale pour de longues années. La littérature parvient cependant à s’affranchir des thèmes imposés de la lutte anti-communiste, et la fin des années 1950 voit éclore un courant moderniste très ouvert sur l’Occident, cependant que des auteurs du cru recommencent à se faire entendre dans des œuvres imprégnées de couleur locale et de réalisme. Le choix proposé ici, qui rassemble des écrivains tous nés avant 1945, mêle ces différentes voix, souvent graves, plus rarement teintées d’une touche d’humour : voix du déracinement, voix de la détresse sociale dans un monde qui bouge, voix obsédante du souvenir, voire de la mauvaise conscience, pour ceux qui se rappellent que Taiwan fut japonaise pendant un demi-siècle.

Textes de Zhong Lihe, Lin Haiyin, Chen Qianwu, Zheng Qingwen, Bai Xianyong, Guo Songfen, Wang Wenxing et Wang Zhenhe
traduits du chinois par Sonia Au Ka-lai, Gérard Henry, Marie Laureillard, Charlotte Malo-Masuda, Sandrine Marchand, Angel Pino et Isabelle Rabut, et édités par Angel Pino et Isabelle Rabut.

Rendez-vous :
Samedi 18 février à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

Rencontre-dédicace avec le peintre et écrivain chinois RAO Pingru(饶平如) pour la présentation de son livre « Notre histoire : Pingru et Meitang» (我俩的故事:平如美棠)

Nous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie RAO Pingru饶平如, peintre et écrivain chinois, qui viendra nous présenter son livre Notre histoire : Pingru et Meitang我俩的故事:平如美棠, à paraître le 19 janvier 2017 aux éditions du Seuil.

HTML_Couple2

Présentation du livre

En 2008, à la mort de sa femme Meitang, Rao Pingru entreprend de conjurer le deuil par l’encre et l’aquarelle en retraçant, in memoriam et en dessin, le destin de sa famille. Dans son appartement shanghaïen, le vieil homme se souvient du sel des jours qu’il a partagés avec Meitang et de leur vie rythmée par les battements d’une Chine en ébullition.

De sa petite enfance à son mariage avec celle qui porte aux lèvres « une touche d’écarlate », de son engagement militaire lors de la guerre contre le Japon à son internement dans un camp de rééducation où il resta vingt ans, de l’établissement de sa famille à Shanghai à la maladie de son épouse, Rao Pingru restitue dans cette histoire les jours de fête comme les jours difficiles et livre une œuvre qui ne ressemble à aucune autre, une vie dessinée à l’échelle de la Chine.

À chaque page d’un récit à la fois tendre, grave et poétique, la petite et la grande histoire, la voix unique de Rao Pingru et la marche des évolutions politiques du pays se rejoignent, donnant à lire un témoignage fort sur la vie des héros ordinaires de la Chine du siècle passé ainsi qu’une magnifique histoire d’amour.

Tour à tour soldat, comptable et éditeur, RAO Pingru est devenu peintre et écrivain à l’orée de ses quatre-vingt-dix ans. Sa sagesse, son style simple et vif, son talent d’illustrateur en font un auteur inclassable.

Traduit du chinois par François Dubois

HTML_couverture (1)

Rendez-vous :
Mercredi 25 janvier 2017 à 18h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

Rencontre-dédicace avec le chercheur Pascal Bourdeaux autour de son ouvrage « Histoire de Lục Vân Tiên : Manuscrit enluminé & Commentaires au manuscrit »

Portrait BourdeauxNous avons le plaisir de recevoir Pascal Bourdeaux, maître de conférence, dans notre librairie pour une rencontre consacrée à la présentation du livre dont il est éditeur : Histoire de Lục Vân Tiên : Manuscrit enluminé & Commentaires au manuscrit, paru en avril 2016 à l’Ecole Française d’Extrême-Orient.

Présentation du livre :

Publication commentée d’un manuscrit enluminé inédit du poème Lục Vân Tiên redécouvert à la bibliothèque de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres dans lequel Nguyễn Đình Chiểu (1822-1888) expose les vertus et les beautés du confucianisme et de la culture populaire du Sud du Viêt Nam.

Relevant à la fois de l’érudition classique et de la littérature orale du milieu du XIXe siècle, le poème Lục Vân Tiên de Nguyễn Đình Chiểu a intégré de longue date le panthéon des gloires littéraires nationales en ayant su insuffler au classicisme de la culture lettrée vietnamienne des caractéristiques méridionales. Œuvre traduite en français dès 1864, c’est la publication d’Abel des Michels en 1883 qui incita un officier de marine français, Eugène Gibert, en mission à Huê entre 1895 et 1897, à faire réaliser ce manuscrit enluminé par un lettré de cour du nom de Lê Đức Trạch. De retour en France, son commanditaire l’offrit en 1899 à la bibliothèque de l’Institut de France où il a été redécouvert en 2011. Il s’agit de l’unique version illustrée (139 planches polychromes) d’un poème vietnamien intégral connue à ce jour.

La beauté et la valeur littéraires et historiques de ce document unique justifient l’édition d’un fac-similé complété de commentaires au manuscrit. Le volume I, volontairement épuré, présente les planches enluminées en vis-à-vis desquelles paraît l’extrait du poème en version trilingue (français, quốc ngữ, anglais). Le volume II consigne l’ensemble des commentaires (avant-propos, introduction à l’histoire du manuscrit, annotations du poème, transcription inédite de la version du poème enluminé en vietnamien romanisé).

Le Lục Vân Tiên est une œuvre littéraire vietnamienne. Le manuscrit, engendré par le contact franco-vietnamien est une œuvre d’art qui l’est tout autant. La redécouverte récente de ce joyau de la culture populaire du Viêt Nam exigeait sa diffusion auprès des spécialistes et des passionnés d’histoire, de littérature, de philologie et d’art. Ce souhait est en partie réalisé grâce à la publication de cette Histoire de Lục Vân Tiên.

U9782855392295

Coup de coeur du librairie :
Un magnifique ouvrage en deux volumes présentant le manuscrit illustré du poème vietnamien Lục Vân Tiên réalisé à la fin du XIXe siècle sur commande d’un général français, Eugène Gibert, qui l’a ensuite offert à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.
Le premier volume présente de très belle reproductions en couleurs du manuscrit, dans lequel le poème est écrit en caractères sino-vietnamiens. La transcription en vietnamien romanisé ainsi que la traduction en français et en anglais sont en vis-à-vis, ce qui permet de lire le poème tout en contemplant les illustrations en vignettes tirées de la vie quotidienne des Vietnamiens du Sud de la fin du XIXe siècle.

Le second volume contient un grand nombre de commentaires et d’annotations, en français, vietnamien et anglais, qui permettent de mieux comprendre le contexte de la réalisation de ce manuscrit, l’oeuvre littéraire de l’auteur et la culture populaire vietnamienne de l’époque.

 

Rendez-vous :
Samedi 29 octobre 2016 à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

« Il était une fois l’inspecteur Chen » de Qiu Xiaolong

il-était-une-fois-l-inspecteur-chen-9782867468414Les éditions Liana Levi publient en cette rentrée 2016 un nouveau roman du célèbre auteur de polars vivant aux Etats-Unis, Qiu Xiaolong, intitulé Il était une fois l’inspecteur Chen.

Après Dragon bleu, tigre blanc dans lequel l’inspecteur se trouve au cœur de luttes d’intérêts dans les hautes sphères shanghaïennes, ce nouveau roman raconte comment Chen Cao, jeune diplômé en littérature anglo-saxonne, se retrouve affecté à un poste de police de Shanghai comme traducteur, et va mener de fil en aiguille sa première enquête, pour devenir plus tard le fameux inspecteur Chen.

On retrouve dans ce roman l’amour de l’auteur pour la gastronomie chinoise, il nous emmène également dans la Cité de la Poussière Rouge où il a grandi, à la recherche d’histoires de voisinage, dans lesquelles se mêlent les blessures du passé.

Au delà d’un roman policier, cet ouvrage nous permet de mieux comprendre l’histoire et la personnalité de l’inspecteur Chen. C’est un retour en arrière et un retour sur soi pour l’auteur autant que le personnage. D’ailleurs, le roman est accompagné d’un fascicule où Qiu Xiaolong présente son parcours et répond à un certain nombre d’interrogations de ses lecteur (« Comment avez-vous crée le personnage de Chen Cao ? », « Est-ce difficile d’écrire depuis l’exil ? », « Quelle place tient la poésie dans votre parcours intellectuel ? », etc.),  suivi de 28 poèmes de l’inspecteur avec le contexte de leur écriture…

Plus d’informations sur notre site

A lire également : le billet de Bertrand Mialaret consacré à cet ouvrage sur son site My Chinese Books.

Rencontre-dédicace à l’occasion de la parution du premier hors-série « Taiwan » de la revue Jentayu

La librairie Le Phénix et les éditions Jentayu ont le plaisir de vous inviter le vendredi 14 octobre à 18 h à la présentation du premier numéro hors-série « Taiwan » de la revue Jentayu.

Mesdames Catherine Charmant et Deng Xinnan, traductrices ayant participé au recueil et déjà traduit, à quatre mains, divers auteurs taïwanais, dont Chu Tien-wen et Liu Ka-shiang,Jérôme Bouchaud, fondateur des Editions Jentayu et Mme Tsai Hsiao-Ying, directrice du Centre culturel de Taïwan à Paris seront présents pour ce lancement.

Déroulement de la soirée :

- présentation des Editions Jentayu et du hors-série “Taïwan” par Jérôme Bouchaud
- mot du CCTP par Tsai Hsiao-Ying
- présentation des traductrices et lecture d’un court extrait de la nouvelle traduite par leurs soins : “Communication sans frontières” de Chen Yu-chin – Une échange avec le public
- Une séance de dédicaces avec les deux traductrices et les autres traducteurs éventuellement présents pour le recueil “Taïwan » ainsi que des autres numéros de Jentayu.

Présentation de la revue :

Les Editions Jentayu ont le plaisir de vous annoncer la parution prochaine du premier numéro hors-série de la revue Jentayu, un numéro entièrement dédié à la littérature de Taïwan. Réalisé avec le soutien du Centre culturel de Taïwan à Paris et du ministère de la Culture de Taïwan, ce recueil richement illustré de 252 pages contient en tout 13 nouvelles et essais et 6 poèmes de 19 auteurs taïwanais contemporains, pour certains déjà connus des lecteurs francophones mais pour la plupart encore inédits en français.

Le sommaire complet de ce Jentayu spécial Taïwan est à découvrir sur le site des éditions Jentayu ainsi que sur Lettres de Taïwan.

Date de parution : le 5 octobre 2016

 

Rendez-vous :
Vendredi 14 octobre 2016 à 18h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

Rencontre-dédicace avec Géraut Bournet, illustrateur, autour de son essai graphique « Franckushima »

AuteurNous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie Géraud Bournet qui viendra nous présenter son livre Franckushima : Essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France, paru le 23 avril 2016 au Lutopiquant Editions.

Suite à la catastrophe de Fukushima survenue en mars 2011, l’auteur a souhaité réaliser avec l’aide de ses collaborateurs, un ouvrage qui soit attractif tout en proposant une vision globale et complète du sujet. Cette démarche originale a nécessité un travail considérable de                                                                    documentation et de recherches sur le terrain.

Présentation de l’auteur

Illustrateur indépendant de formation scientifique, retrouvez le travail de l’auteur sur son site : http://lutopiquant.fr/

Présentation du livre

FranckushimaComment appréhender l’univers de la radioactivité dont le propre est d’être invisible, inodore, sans goût ni saveur ? Cinq ans après le début de la catastrophe de Fukushima, la liquidation du désastre a en grande partie permis sa banalisation et son oubli généralisé. À travers une démarche documentaire et graphique, Franckushima, « caisse de résonance sur les catastrophes nucléaires», propose de revenir sur les enjeux de la catastrophe pour mieux nous préparer à celle qui nous guette en France.

 

Quatrième de couverture :

- Qu’est-ce qui se passe en ce moment a Fukushima ?
- Hum… Le plus gros problème en ce moment, c’est que tout le monde commence a oublier ce qui s’est passé…

« Avec son travail, très sérieux sur le fond et attractif sur la forme avec les nombreuses illustrations, Géraud Bournet produit un outil d’information et de compréhension des enjeux du nucléaire utile à tous. Franckushima apporte un éclairage inédit sur les conséquences humaines de la catastrophe de Fukushima, et nous amène à nous interroger sur notre modèle énergétique nucléaire en France. Un essai à mettre entre toutes les mains ! »

Consulter le communiqué de presse pour avoir plus d’informations sur cet album.

 

couv

Rendez-vous :
Samedi 8 octobre 2016 à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

 

Adaptation en manga du roman de Sôseki « Je suis un chat »

je-suis-un-chat-9782809711905Les éditions Philippe Picquier nous proposent en cette fin d’été la traduction en français de l’adaptation du célèbre roman de Natsume Sôseki Je suis un chat par le dessinateur Tirol Cobato, que l’éditeur nous présente en ces mots :

« Qui se cache sous le pseudonyme de Cobato Tirol ? Un mangaka qui aurait déjà une carrière sous un autre nom, l’assistant d’un dessinateur plus connu ? Même son éditeur japonais affirme ne pas le savoir. En tout cas, il, ou peut-être elle, a déjà publié un autre manga sous ce nom, Le secret de la fraise. Et ce n’est manifestement pas un débutant… »

Une occasion de revenir sur cet excellent titre de l’auteur japonais…

Avec beaucoup d’humour et une pointe de sarcasme, l’auteur dépeint la société japonaise au début du vingtième siècle à travers les yeux d’un chat ayant pour maître un professeur d’anglais à l’estomac fragile (double de l’auteur, vous l’aurez compris). Les observations dudit chat doué de perspicacité, font de ce roman une incontournable entrée en matière pour qui veut étudier d’un peu plus près la société japonaise de cette époque transitoire, et plus simplement, la nature humaine. L’auteur n’y a de cesse de tourner en dérision aussi bien l’entourage du professeur que le professeur lui-même. Les personnages aiment s’écouter parler et rivalisent dans l’art de la digression.

Le roman est ici très bien restitué dans son contenu et son esprit. Il était d’ailleurs d’abord paru en feuilletons dans une revue de 1905 à 1906, lui conférant son aspect final, parfois peut-être un peu décousu, de chroniques.

A destination d’un lectorat jeune ou adulte, ce manga saura à la fois initier les néophytes à l’œuvre de l’écrivain de renom comme amuser les connaisseurs, mais aussi permettre de pénétrer la société et la culture japonaise de l’intérieur.

Le roman d’origine est également disponible en français et en chinois dans nos rayons :

          

4ème numéro de la revue Jentayu : Cartes et Territoires

jentayu-cartes-et-territoires-9782954989273Les éditions Jentayu publient deux fois par an la revue Jentayu qui nous présentent des textes littéraires d’écrivains des différents pays d’Asie, de la Chine au Japon, en passant par des régions aux littératures moins connues en France, à savoir la Thaïlande, les Philippines, la Malaisie, le Laos, le Bangladesh, le Tibet, la Mongolie, l’île de Taïwan, etc.

Ce quatrième numéro est consacré à la notion d’espace, de territoire et de frontière.

« Toute frontière imaginée par l’homme est le fruit d’un arbitraire. En d’autres termes, elle n’est qu’une construction intellectuelle, une illusion, un mirage constamment pris en défaut par des facteurs sur lesquels l’homme, malgré ses prétentions de grand ordonnateur, n’a pas d’emprise. Une frontière pourra être presque tangible un jour, réduite à néant le lendemain, avant de se voir redessinée par d’autres, ailleurs. [...] » (éditorial de la revue)

« Comprendre la Chine en BD », tome 2

« Après plus de 400 ans d’unité sous la dynastie Han, la Chine entra dans une période de division qui allait durer près de quatre siècles. Ce fut la période la plus complexe de toute l’histoire de Chine, une ère de chaos, de guerres civiles et d’invasion. [...]« 

Comprendre la Chine en BD, Jing LIU

Comprendre la Chine en BD, tome 2, Jing LIU

La série Comprendre la Chine en BD de LIU Jing présente de manière ludique l’histoire de la Chine impériale, de l’empereur jaune à la chute du dernier empereur des Qing en 1912, sous forme de bande dessinée en noir et blanc. Ce second tome est consacré à la période de 220 à 907, des Trois Royaumes à la dynastie Tang.

Son auteur, Liu Jing, a souhaité vulgariser l’histoire de son pays afin qu’elle soit mieux comprise par le plus grand nombre. Après son succès aux Etats-Unis, Comprendre la Chine en BD [Understanding China Through Comics, Moli publisher, 2011-2014] est disponible en français grâce aux éditions Kotoji (collection Asian District), dans une traduction de Baptiste Gaussen. Une bonne façon de réviser ses connaissances sur l’histoire de l’Empire du Milieu !

La série est constituée des volumes suivants :
Tome 1 : De l’empereur jaune à la dynastie Han (2697 av. JC – 220 ap. JC)
Tome 2 : De la période des Trois Royaumes jusqu’à la dynastie Tang (220 – 907)
Tome 3 : Des Cinq Dynasties et Dix Royaumes jusqu’à la dynastie Yuan (907 – 1368)
Tome 4 : Les dynasties Ming et Qing (1368 – 1912)

Actuellement, seuls les tomes 1 et 2 sont parus en France.

Commander

Comprendre la Chine en BD, tome 2, Liu Jing, extrait, librairie Le Phénix

Comprendre la Chine en BD, tome 2, Liu Jing, extrait, librairie Le Phénix

Rencontre-dédicace avec la chercheuse Minju Song et le journaliste Anthony Dufour pour la parution de leur ouvrage « Portraits de Séoul »

Nous avons le plaisir de recevoir les auteurs Minju Song et Anthony Dufour à l’occasion d’une rencontre dans notre librairie pour présenter leur livre Portraits de Séoul, paru en avril 2016 au Hikari éditions. 

Présentation du livre :

Auteurs

Séoul, capitale high-tech de l’Orient extrême, est une star récente du tourisme mondial. Peu de visiteurs tentaient leur chance dans cette jungle urbaine à l’énergie insensée, ouverte au reste du monde à la fin des années 1980 avec la démocratisation et les jeux olympiques. Séoul, c’est un choc, un décor violent et radical, où les lumières, les émotions, les sons, dépassent toujours les doses maximales prescrites. Hollywood en a fait son nouveau terrain de jeu. Les voyageurs occidentaux une conquête. Mais le choc visuel peut tourner court. Séoul semble n’avoir ni queue ni tête. On s’épuise le long de rivages insensés qui ignorent la différence entre mer et rivière. On se perd entre des tours qu’on a l’impression de revoir partout.

Comprendre comment cette drôle de ville organise la frénésie de ses habitants demande du temps, des rencontres, du partage. C’est justement le projet de Portraits de Séoul. Avec ce guide d’un nouveau genre, décodez la cité, une mosaïque composée d’une douzaine de portraits d’habitants qui donnent à voir la diversité et permettent de comprendre la ville, son cœur, ses émotions, son rythme et ses secrets. Avec Portraits de Séoul, voici les clés de la ville.

Séoul RVB WEB

Rendez-vous :
Samedi 11 juin 2016 à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

Histoire de Lục Vân Tiên

L’Histoire de Lục Vân Tiên est un magnifique ouvrage en deux volumes présentant le manuscrit illustré du poème vietnamien Lục Vân Tiên réalisé à la fin du XIXe siècle sur commande d’un général français, Eugène Gibert, qui l’a ensuite offert à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

Histoire de Lục Vân Tiên, Manuscrit enluminé, Commentaires au manuscrit

Histoire de Lục Vân Tiên, Manuscrit enluminé, Commentaires au manuscrit

Le premier volume présente de très belle reproductions en couleurs du manuscrit, dans lequel le poème est écrit en caractères sino-vietnamiens. La transcription en vietnamien romanisé ainsi que la traduction en français et en anglais sont en vis-à-vis, ce qui permet de lire le poème tout en contemplant les illustrations en vignettes tirées de la vie quotidienne des Vietnamiens du Sud de la fin du XIXe siècle.

Le second volume contient un grand nombre de commentaires et d’annotations, en français, vietnamien et anglais, qui permettent de mieux comprendre le contexte de la réalisation de ce manuscrit, l’oeuvre littéraire de l’auteur et la culture populaire vietnamienne de l’époque.

Description de l’Ecole Française d’Extrême-Orient

Publication commentée d’un manuscrit enluminé inédit du poème Lục Vân Tiên redécouvert à la bibliothèque de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, dans lequel Nguyễn Đình Chiểu (1822-1888) expose les vertus et les beautés du confucianisme et de la culture populaires du Sud du Viêt Nam.

Relevant à la fois de l’érudition classique et de la littérature orale du milieu du XIXe siècle, le poème Lục Vân Tiên de Nguyễn Đình Chiểu a intégré de longue date le panthéon des gloires littéraires nationales en ayant su insuffler au classicisme de la culture lettrée vietnamienne des caractéristiques méridionales. Œuvre traduite en français dès 1864, c’est la publication d’Abel des Michels en 1883 qui incita un officier de marine français, Eugène Gibert, en mission à Huê entre 1895 et 1897, à faire réaliser ce manuscrit enluminé par un lettré de cour du nom de Lê Đức Trạch. De retour en France, son commanditaire l’offrit en 1899 à la bibliothèque de l’Institut de France où il a été redécouvert en 2011. Il s’agit de l’unique version illustrée (139 planches polychromes) d’un poème vietnamien intégral connue à ce jour.

La beauté et la valeur littéraires et historiques de ce document unique justifient l’édition d’un fac-similé complété de commentaires au manuscrit. Le volume I, volontairement épuré, présente les planches enluminées en vis-à-vis desquelles paraît l’extrait du poème en version trilingue (français, quốc ngữ, anglais). Le volume II consigne l’ensemble des commentaires (avant-propos, introduction à l’histoire du manuscrit, annotations du poème, transcription inédite de la version du poème enluminé en vietnamien romanisé).

Le Lục Vân Tiên est une œuvre littéraire vietnamienne. Le manuscrit, engendré par le contact franco-vietnamien est une œuvre d’art qui l’est tout autant. La redécouverte récente de ce joyau de la culture populaire du Viêt Nam exigeait sa diffusion auprès des spécialistes et des passionnés d’histoire, de littérature, de philologie et d’art. Ce souhait est en partie réalisé grâce à la publication de cette Histoire de Lục Vân Tiên.

Commander

Call-Boy

Après le grand succès de Ikebukuro West Gate Park, Call-Boy est la nouvelle traduction d’un roman de Ira Ishida.

Call-Boy, Ira Ishida, librairie le phénix

Call-Boy, Ira Ishida

Dans un style simple à la discrète élégance, l’auteur nous fait suivre dans ce nouveau roman le parcours initiatique d’un jeune homme de vingt ans, Ryô. Celui-ci, intelligent mais que tout ennuie (que ce soit les cours à l’université ou les relations humaines), semble voué à se morfondre, jusqu’à sa rencontre avec Madame Midoh qui lui propose de travailler à son service en tant qu’escort-boy.

En découvrant l’univers des désirs féminins et en se mettant progressivement à l’écoute d’autrui, Ryô va finir par sortir de sa torpeur et se découvrir lui-même.

Les scènes d’amour sont décrites de manière explicite, parfois presque clinique mais sans voyeurisme ; toujours avec tendresse et dénuées de tout jugement. Sont ainsi dévoilés sous le regard bienveillant du protagoniste, les désirs et fantasmes de femmes mais aussi d’hommes de 20 à 70 ans et plus. Ce sont aussi et surtout les histoires d’êtres humains qui se cherchent et tentent de composer avec leurs fêlures. Ishida Ira dépeint avec talent et lucidité la construction d’une jeune personne dans une société en mal de repères.

Au-delà de son sujet sensible, celui du commerce des corps et des amours tarifées, ce roman apparaît comme une invitation à s’ouvrir, à aller à la rencontre de l’autre à travers les valeurs de l’écoute et du respect.

A découvrir dans la traduction limpide de Rémi Buquet.

Commander

Rencontre-dédicace avec la romancière japonaise Ruriko Kishida

Nous avons le plaisir de recevoir la romancière Ruriko Kishida pour la présentation de son livre Requiem à huis clos, paru le 05 avril 2016 aux éditions d’Est en Ouest.

Ruriko Kishida 2

Née en 1961 à Kyoto, Ruriko KISHIDA est la fille d’un chercheur. Expatriée à Paris à l’âge de 13 ans, elle est diplômée de la faculté des sciences de Paris VII. Requiem à huis clos est son premier roman et se distingue tout de suite en remportant le prix Ayukawa Tetsuya, qui lui vaudra sa publication.

Le prix Ayukawa Tetsuya                                                                  Grand romancier policier, Tetsuya Ayukawa (1919-2002) était aussi un critique littéraire et a remporté le prix Naoki en 1950. En hommage au talent de cet auteur, et pour développer l’image du roman policier, son éditeur, Tokyo Sogensha, a créé le prix Ayukawa Tetsuya en 1990. Il récompense chaque année l’auteur d’un premier roman policier original, avec pour prix la publication de l’ouvrage gagnant.

Présentation du livre :

Version japonaise du mystère de la chambre close

À Kyoto, lors de l’exposition de Reiko, artiste peintre, une jeune femme est frappée d’effroi devant un tableau. Des éléments présents dans l’oeuvre suggèrent que l’artiste sait ce qui est arrivé au mari de cette jeune femme, Takao, disparu cinq ans plus tôt sans laisser de trace. Peu après, sur le lieu même de la disparition de Takao, un corps est découvert. Un meurtre à huis clos qui rappelle étrangement les circonstances de cette disparition : personne n’a pu ni entrer ni sortir, toutes les issues étant verrouillées de l’intérieur. Asami, camarade d’université de Reiko, mène l’enquête et ramène au jour un passé enfoui. Sans se décourager, elle n’aura de cesse de rechercher la vérité dissimulée dans le mystérieux tableau.

Sur une trame qui fait monter l’angoisse, se tisse une intrigue pleine de suspens, qui a remporté le prix Ayukawa Tetsuya en 2004.

Le récit, avec Kyoto pour toile de fond, entretient un rapport direct avec Paris (l’artiste peintre s’y rend souvent). L’enquête est menée par une héroïne typique de la trentenaire japonaise célibataire. Ce roman illustre de nombreux traits caractéristiques de la société japonaise, et constitue ainsi à la fois une bonne introduction à la culture japonaise pour les lecteurs de polars venus d’autres horizons et un véritable plaisir pour les japanophiles qui leur permettra de savourer la littérature japonaise qu’ils aiment à travers un genre – le roman policier – très populaire en France. Le tout en maintenant une tension permanente pour aboutir à une fin surprenante et inattendue.

Le mot de l’éditeur :

Un roman qui vous fera vivre le Japon moderne, dans sa ville la plus traditionnelle, à travers une intrigue sans issue possible, cheminant dans l’atroce réalité de l’esprit humain et de la folie. Des personnages qui nous touchent par leurs défauts et leur sensibilité à fleur de pinceau. Un polar de qualité, ayant fait ses preuves au Japon, qui vous fera découvrir la littérature contemporaine japonaise en compagnie d’une auteure aguerrie de « romans mystérieux », qui a eu un coup de cœur pour la France.

Requiem a huis clos

Rendez-vous :
Vendredi 20 mai 2016 à 18h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

« La concession française » : intrigue dans le Shanghai des années 30

Quelle agréable surprise que La concession française, roman noir se déroulant dans le milieu cosmopolite des concessions de Shanghai ! Son univers est vraiment très différent des romans écrits ces 30 dernières années en Chine, et cela est révélateur des changements qui s’opèrent peu à peu dans les milieux littéraires.

La concession française, Xiao Bai 小白

La concession française, Xiao Bai 小白

Sous le nom de plume de Xiao Bai, l’auteur, né en 1968, s’est inspiré de rapports d’enquête de police sur un groupe de terroristes et de trafic d’armes puis a laissé parler son imagination pour nous concocter un roman puissant, extrêmement bien documenté à tout point de vue : le port de Shanghai, la Concession française avec ses habitants, leur mentalité et leurs habitudes, les relations entre les différents services de polices, les différents intérêts en jeu à Shanghai (communistes, nationalistes, puissances étrangères), etc.

Les lecteurs découvriront un romancier chinois contemporain qui écrit sans censure des scènes très réalistes, et décrit avec sensualité les moments d’intimité de ses protagonistes.

Emmanuelle Péchenart nous offre là une très belle traduction de La concession française, premier roman de Xiao Bai publié en français, qui nous plonge dans la moiteur de l’été shanghaïen, dans les complots et les histoires d’amour compliquées.

Résumé

Shanghai, 1931. Un immense chaudron bouillonnant des intérêts contradictoires qui se partagent la ville. Et, entraîné malgré lui au cœur des événements les plus dangereux, Xue, un jeune photographe franco-chinois, qui se met au service de la police de la Concession française, un peu par peur, un peu par intérêt. Sa maîtresse russe, Teresa, trafiquante d’armes au passé trouble, navigue entre mafieux et organisations clandestines qu’elle approvisionne au gré de leurs besoins.
C’est alors que Xue croise la route d’une beauté enrôlée par un groupuscule révolutionnaire… Ce roman noir très précisément documenté et intensément jubilatoire baigne dans les brumes poisseuses montant du fleuve Huangpu. Les hommes y arborent la fausse nonchalance des héros de Raymond Chandler, les femmes y sont fatales ou terriblement émouvantes, l’action est sujette à de brusques accélérations comme dans un vieux film en noir et blanc qui s’emballe.
Nous, lecteurs, sommes aux premières loges, victimes consentantes des illusions, mensonges, retournements de situation incessants, ballottés des terroristes rouges aux hommes de main de la Bande noire, portés par une langue sensuelle et évocatrice, et par le plaisir communicatif de l’auteur à déployer une retorse et complexe scène historique pour mieux jouer de la magie du romanesque.

Titre original : zujie 租界 également disponible dans notre librairie.

Commander