Archives de catégorie : Histoire moderne et contemporaine

Rencontre avec Yves Le Jariel, auteur de « L’ami oublié de Malraux en Indochine »

couvNous avons le plaisir d’accueillir Yves Le Jariel pour la présentation de son livre L’ami oublié de Malraux en Indochine : Paul Monin (1890-1929), Une vie inachevée, biographie inédite de Paul Monin, compagnon d’André Malraux dans sa lutte contre la colonisation dans l’Indochine des années 1920.

auteurN’ayant pas le génie littéraire ni l’ambition politique d’André Malraux, Paul Monin n’en est pas moins un témoin de premier plan et un acteur modeste des changements qui ont agité l’Indochine à cette période. Sa rencontre avec André Malraux, ainsi que la création avec lui du journal L’Indochine en 1925, seront un tournant dans la vie de Paul Monin. Dénonciateur de la première heure des abus de la colonisation française en Indochine, il rencontrera plus tard le futur Ho Chi Minh lors de ses séjours en Chine. Victime du paludisme en 1929, il n’aura pas l’occasion d’assister au déploiement progressif des communistes au Vietnam, mais il était parmi les premiers Français à avoir compris l’évolution inévitable vers une indépendance de l’Indochine.

Ce récit bien documenté malgré la rareté des sources sur la vie de Paul Monin, est basé sur les récits de la famille et des personnes ayant côtoyé Paul Monin lors de son séjour en Indochine, notamment Clara Malraux, mais aussi sur l’étude des archives (journaux, rapports administratifs, etc.) et ouvrages traitant de l’Indochine de l’époque. La lecture de ce livre nous replonge dans cette période passionnante de notre histoire et de celle de l’émergence d’états indépendants en Indochine.

Cet événement est organisé en partenariat avec l’association des Amitiés Internationales André Malraux qui sera présente lors de la rencontre.

Rendez-vous
Vendredi 12 septembre 2014 à 18h
Inscription et informations pratique sur notre site
Entrée libre

Rencontre avec Danielle Elisseeff, auteur de « Pu Yi : Le dernier empereur de Chine »

auteurNous sommes heureux d’accueillir Danielle Elisseeff pour la présentation de sa biographie de Puyi, le dernier empereur de Chine. Également auteure de Cixi, impératrice de Chine, Danielle Elisseeff s’attache ici à retracer la vie de Puyi de son éducation dans la Cité Interdite à ses dernières années.

Cette magnifique biographie nous permet de retrouver l’homme derrière les productions diverses et variées que son destin unique et dramatique a pu susciter en Chine. Ce livre nous permet également de retracer ces années chaotiques de l’histoire de Chine, des dernières années de l’Empire à l’éclatement de la Révolution culturelle.

Résumé
couvPuyi, qui régna de 1908 à 1912, est le dernier empereur de la dernière dynastie impériale chinoise : un souverain au destin particulièrement troublé puisque, de péripéties en choix calamiteux, il dut abdiquer trois fois, devint un jouet aux mains des militaires japonais, fut fait prisonnier par l’armée soviétique, comparut enfin devant le tribunal des criminels de guerre de Tôkyô et, malgré une cour assidue à Staline, fut rendu à Mao. Ainsi les premières retrouvailles avec son pays se feront d’abord derrière les portes des prisons de la République populaire… Cent ans plus tard, dans l’imaginaire collectif d’une Chine plus que jamais en quête identitaire, Puyi occupe une place grandissante. D’une manière paradoxale, et depuis plus de 25 ans, les Chinois, tout comme les Occidentaux, ne cessent de regarder ce  » Dernier empereur » à travers les yeux du grand cinéaste Bertolucci : un homme pathétique, mais habité par une haute idée d’un Etat qu’il espère incarner un jour pour le plus grand bien de son pays…. La réalité est cependant moins  » romantique  » et bien plus pragmatique : son éducation et son statut hors-normes ont fait de Puyi un être autocentré sur sa personne et, de ce fait, d’abord un prédateur, tant sur le plan personnel que sur le plan politique. C’est paradoxalement avec ses  » rééducateurs  » communistes qu’il découvre, dans la douleur – en se perdant ou en se trouvant, qui le saura jamais ? -, le remords mais aussi l’intérêt porté à autrui. En s’appuyant sur la publication de documents récemment déclassifiés et de nombreux travaux universitaires, cette belle biographie de Puyi révèle un personnage inattendu sur lequel l’auteur pose un regard neuf et objectif servi par une plume inspirée.

Rendez-vous
Vendredi 5 septembre 2014 à 18h
Inscription et informations pratique sur notre site
Entrée libre

Rencontre avec Sylvie Ramir, auteur de « Lucek : Un juif à Shanghai »

auteurNous sommes heureux de vous inviter à rencontrer Sylvie Ramir pour la dédicace de son livre Lucek, un juif à Shanghai.

Lucek n’a que 17 ans lorsqu’il est précipité dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Séparé de sa famille, contraint à l’exil, le jeune Juif polonais échoue à Shanghai, où l’on peut entrer sans visa ni passeport. L’armée japonaise occupe la vieille ville chinoise et les faubourgs, sans menacer les concessions étrangères, administrées par les puissances occidentales. Lucek s’installe dans la concession française, îlot solitaire où se croisent Chinois et réfugiés, espions et résistants, gangsters et fausses comtesses. Mais il est bientôt contraint d’aller vivre dans la Zone restreinte, réservée aux Juifs… C’est le récit de cette vie hors du commun que Sylviecouverture Ramir nous offre, mêlant les souvenirs personnels de Lucek et une vaste enquête sur le Shanghai des années 40. Lucek vit aujourd’hui à Paris. Il est l’un des derniers témoins de cet exil qui fut celui de milliers de Juifs européens.

Une œuvre qui se lit d’une traite, et emmène loin celui qui choisit de s’y plonger. Passage à l’âge adulte, perte de l’innocence, nostalgie douloureuse d’un paradis où on n’avait pas à frayer avec la solitude, Lucek, un juif à Shanghai, 1941‑1946, donne à entendre ce sanglot silencieux et pudique des désespérés.

Rendez-vous
Jeudi 13 mars 2014 à 18h
Plus d’informations et inscription sur notre site
Entrée libre

Pour plus d’informations sur son ouvrage, écoutez l’interview de Sylvie Ramir sur le site Akadem, le camp numérique juif.

interview-capt

Embarquement pour la Chine de Christine Leang

Embarquement pour la Chine est un livre absolument passionnant grâce auquel vous découvrirez les destinées de Français et Françaises qui ont foulé le sol chinois de 1740 à 1950.

A travers des notices courtes, Christine Leang nous offre un magnifique panorama des découvertes, des ambitions, du courage et bien sûr, de la passion de Français qui partirent pour la Chine, que ce soit par engagement, croyance ou goût de l’aventure.

Parmi ces aventuriers, des noms sont bien évidemment restés célèbres, vous croisez ainsi la route des époux Marbotte (voir également Un chemin de fer au Yunnan), d’Alexandre Yersin dont l’aventure asiatique a été popularisée récemment par Patrick Deville dans Peste et Choléra, Alexandra David-Néel, Paul Pelliot, Victor Segalen, ou encore l’incroyable épopée de la La Croisière jaune à laquelle les éditions Glénat viennent de consacrer un superbe coffret documenté et agrémenté de nombreux fac-similés.

Parmi ces grandes personnalités, vous découvrirez également des histoires peu connues ou oubliées comme la première traduction de L’Art de la guerre par le père Joseph-Marie Amiot, l’envoi du premier panda en France par le père Armand ou encore, aussi surprenant que cela puisse paraître aujourd’hui, l’introduction du « pousse-pousse » en Chine (depuis le Japon) par le commerçant français Ménard.

Avant de suivre ces destinées, Christine Leang revient sur les conditions historiques dans lesquelles débarquèrent les héros de son livre. Une introduction claire et concise lui permet de rendre en quelques pages l’essentiel des conditions historiques qui ont marqué la Chine durant ces trois siècles, de l’arrivée des missionnaires religieux à l’arrivée des communistes au pouvoir en passant par les guerres, révoltes et révolutions qu’a connues le pays et qui ont bien entendu marqué le destin de ceux qui se rendaient en Chine.

Nous vous laissons découvrir ces « bâtisseurs », « éclaireurs », « combattants », « artistes », « aventuriers » et « humanistes », comme les décrit Christine Leang, et citons pour terminer Jean Skarbek, disant à propos de son père parti en Chine en 1906 en tant qu’ingénieur ferroviaire pour construire la ligne Kaifeng-Luoyang :

(…) malgré son long séjour, il ne prétendait pas connaître la Chine, ni surtout les Chinois. Leur mystère d’alors, qu’il  disait n’avoir fait que côtoyer, lui restait entier. Il était parti pour un rêve, il n’en retint que le pays des merveilles avec sa grande part d’inconnu. p.48

Pour commander le livre sur notre site, suivez ce lien

Nous recevrons Christine Leang au Phénix le vendredi 3 janvier 2014 à 18h pour la présentation et la dédicace de Embarquement pour la Chine. Suivez ce lien pour vous inscrire sur la page de notre site.

Le dictionnaire amoureux de la Chine

Le Dictionnaire amoureux de la Chine de José Frèches vient tout juste de paraître et tombe à point nommé pour les cadeaux de dernière minute.

Nouveau venu dans la collection des Dictionnaire amoureux édités par Plon, le Dictionnaire amoureux de la Chine est, comme le veut l’exercice, classé par ordre alphabétique. Il passe en revue de nombreux thèmes associés à la Chine : notions issues de la philosophie chinoise, personnages célèbres, personnes historiques, lieux, coutumes et pratiques, etc. Si le nombre d’entrées n’est pas exhaustif, le propos est quant à lui bien étoffé (le livre fait plus de 1000 pages) et se déploie agréablement. Chaque thème est prétexte à une découverte plus générale de la Chine, à une plongée dans l’Histoire à travers personnages marquants, œuvres caractéristiques et coutumes traditionnelles

Ce livre le confirme : on ne consulte pas les dictionnaires amoureux, on s’y promène… Ils sont moins des ouvrages de référence que des chemins de découverte et le dictionnaire amoureux de la Chine ne fait pas exception : il s’agit là d’un livre à savourer avec lenteur, où l’on se perd avec plaisir.

Un cadeau idéal pour quiconque s’intéresse à la Chine…

Commander sur notre site

Rencontre avec Adrien Gombeaud, auteur de « Dans les pas du Petit Timonier »

Docteur en langues et civilisations orientales et journaliste, Adrien Gombeaud vient de publier aux édition du Seuil Dans les pas du Petit Timonier, dans lequel il propose au lecteur un parcours pour mieux cerner Deng Xiaoping et son héritage. Comme l’écrit Adrien Gombeaud dans sa préface : « A mes yeux, il restait pourtant la plus fascinante, la plus insaisissable des grandes figures de l’histoire contemporaine chinoise. Deng était le seul à en avoir suivi l’évolution, à avoir connu la fin de l’Empire, la prise du pouvoir du parti communiste. Des plus abjectes ignominies du régime à ses plus beaux succès. »

En partant sur les traces du Petit Timonier, Adrien Gombeaud s’entretient avec des dizaines de Chinois, permettant autimonier lecteur de cerner les années Deng à l’aune des Chinois d’aujourd’hui.

© Hermance Triay

Rendez-vous
Vendredi 10 janvier 2014 à 18h
Plus d’informations et inscription sur notre site

Rencontre avec Christine Leang, auteur de « Embarquement pour la Chine : Histoires et destinées françaises dans l’Empire du Milieu »

christineChristine Leang vous présentera son livre Embarquement pour la Chine, une plongée dans les histoires et destinées françaises en Chine, de 1740 à 1950. Certaines de ses personnalités sont tombées dans l’oubli aujourd’hui et pourtant, en lisant ces portraits et parcours, le lecteur découvre des destinées exceptionnelles de diplomates, missionnaires, ou tout simplement, aventuriers et bâtisseurs d’avenir qui foulèrent le sol chinois à une époque où la Chine présentait encore un horizon lointain et mystérieux qui ne s’atteignait qu’au terme d’un long voyage en bateau.

Nous vous invitons à rencontrer Christine Leang, pour en apprendre plus sur ces personnes qui furent parmi les premiers à faire le pont entre la France et la Chine. Ce sera l’occasion pour nous de fêter le début d’une année consacrée aux relations croisées France-Chine, 2014 étant l’année du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre ces deux pays.

Résumé
embarquementMonseigneur Favier, Auguste Boppe, le Consul Béchamp, Edith Mankiewicz, le Docteur Bussière, Roderick Egal, George Soulié de Morant… Des noms qui sont tombés dans l’oubli. Tous, pourtant, ont eu une histoire exceptionnelle. Ils ont foulé de leurs pieds la terre de Chine, à une époque où celle-ci n’était accessible qu’après des mois d’une longue traversée en bateau. Certains de ces personnages se sont même croisés ; d’autres ont fait face à leurs homologues locaux, parfois des hôtes, parfois des ennemis. De ce passage en Chine, tous en ont vu leur destin profondément transformés.
Des premiers missionnaires jésuites aux derniers diplomates, en passant par ces hommes qui ont bâti les concessions françaises, et ceux et celles qui sont allés chercher l’exil dans cette contrée lointaine, Embarquement pour la Chine nous invite à un voyage au cœur de l’Empire du Milieu, à travers les histoires et les destinées de ces Français qui ont découvert la Chine entre les années 1740 et 1950.

Rendez-vous
Vendredi 3 janvier 2014 à 18h
Plus d’informations et inscription sur notre site

 

La croisière jaune

croisierejaune2

« La Croisière Jaune, il y a plus de 80 ans, défrayait la chronique. Le monde entier, grâce à la TSF, suivait quotidiennement sa lente progression à travers l’Asie centrale, sur la route de la soie. Avec le temps, cette aventure a pris la dimension d’un mythe, et les hommes qui l’ont vécue, celle de héros » (extrait de la préface)

Publié par les éditions Glénat, avec la participation de la Société de Géographie, La Croisière Jaune vous propose de revivre cette incroyable expédition à travers toute l’Asie centrale, de Beyrouth à Pékin. Le récit de cette expédition est basé sur des documents d’époque, des témoignages directs comme les carnets de route de Louis Audouin-Dubreuil, un des chefs de l’expédition, des rapports de mission, des lettres, etc. Agrémenté de nombreuses photographies, ce livre grand format vous entraîne à travers toute l’Asie centrale. Le réalisme du récit est renforcé par de nombreux fac-similés extraits des archives : rapports officiels, lettres manuscrites, carte,  communiqué à André Citroën, ainsi que le passeport d’Audouin-Dubreuil pour n’en citer que quelques uns. 

L’association des fac-similés à un livre grand format richement illustré fait de ce livre un livre-objet, à offrir ou à s’offrir pour revivre une page d’histoire et parcourir l’Asie du début des années 30.

Résumé :

L’expédition Citroën Centre-Asie constitue l’une des aventures les plus exceptionnelles du XXe siècle. 42 hommes courageux, prêts à affronter tous les obstacles de la nature, tous les dangers, s’engagèrent délibérément dans une Asie centrale alors profondément troublée, sur un parcours de plus de 13000 km entre Beyrouth, Pékin et Saïgon. Ils remontèrent ainsi l’antique route de la soie, en franchissant les hauts cols du Karakorum dans l’Himalaya.
Pour raconter cette expédition, il fallait la plume alerte et émouvante d’Ariane Audouin-Dubreuil, qui s’est plongée depuis une trentaine d’années dans les archives familiales. Elle relate l’aventure humaine, les exploits techniques, les importants travaux archéologiques, artistiques, ethnographiques et géologiques réalisés par les membres de la mission. Grâce aux progrès des techniques de reproduction moderne, des documents jamais publiés sont aujourd’hui mis en avant dans une nouvelle version de cette épopée grandiose.
Dans un coffret aux couleurs de l’expédition, Ariane Audouin-Dubreuil partage avec le lecteur de précieux fac-similés de photos, de cartes, de lettres, rapports ou compte-rendus secrets. Entrez dans l’intimité de ces aventuriers d’un autre temps !

Commander La Croisière jaune sur notre site !

Chinese Lives de Victor H. Mair, Sanping Chen et Frances Wood

couverture de Chinese Lives

Chinese Lives

Livre en anglais

Le livre essentiel à toute personne s’intéressant à la Chine, son histoire et sa culture et tous les étudiants en sinologie et coup de coeur du Phénix ! Chinese Lives présente des notices biographiques pour nombre de personnages majeurs de l’histoire chinoise, qu’il s’agisse d’écrivains, poètes, philosophes, hommes politiques, etc. A la fois concis et tout de même bien complet, ce livre peut servir d’ouvrage de référence à consulter comme une encyclopédie pour replacer tel peintre, penseur, musicien, empereur, grand fonctionnaire, rebelle,  etc. dans son contexte ou en apprendre plus sur sa vie. Il peut également se lire du début à la fin pour le plaisir d’évoluer parmi les grandes personnalités de l’histoire chinoise et retracer de manière plaisante des siècles d’histoire, de dynasties, de création artistique, etc. Car les notices n’ont pas la sécheresse d’entrées de dictionnaire, bien au contraire, et on les lit avec plaisir.

Classé de manière chronologique, ce livre comprend 96 notices biographiques et 83 illustrations.

Chinese Lives, collectif, Thames and Hudson

Rencontre avec Judith Bout et Zhang Sizhi, autour de la biographie de Maître Zhang, avocat des dissidents chinois

Nous sommes heureux d’accueillir Judith Bout pour la présentation de son livre Les Confessions de Maître Zhang, une biographie de Zhang Sizhi qui fut l’avocat de la bande des quatre et de nombreux dissidents chinois. Ecrit à la première personne, ce livre retrace le parcours d’un homme qui s’est toujours battu pour la justice tandis que l’histoire de ce chaotique vingtième siècle chinois défile en toile de fonds. Passionnant et éclairant, Les confessions de maître Zhang, rend hommage à un grand homme qui nous ait l’honneur d’être présent à la librairie avec Judith Bout.

Rendez-vous
Vendredi 27 septembre 2013 à 18h
Entrée libre

Résumé
Maître Zhang est le plus grand avocat chinois. Pour ses compatriotes, il incarne le courage de dire ce qui ne se dit pas, de plaider « non coupable » pour ceux que le régime a condamnés d’avance. Son parcours est aussi heurté que l’histoire de son pays. Soldat de l’armée nationaliste à seize ans, juge de la nouvelle république populaire à vingt deux ans, droitier envoyé en camp de rééducation par le travail, défenseur de la Bande des Quatre et avocat des victimes politiques du mouvement de Tian’anmen, maître Zhang a connu un destin hors du commun. Judith Bout signe ici avec talent, humour et vivacité, la première biographie d’une personnalité exceptionnelle dont Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix en 2010, a écrit « qu’il donnait vie aux droits couchés sur le papier ».

A lire : cet article du correspondant du Figaro à Pékin

Rencontre avec Stéphanie Balme, auteur de « La Tentation de la Chine : Nouvelles idées recues sur un pays en mutation »

C’est la rentrée ! Nos rencontres auteurs reprennent au mois de septembre et s’ouvrent sur un grand nom de la sinologie : Stéphanie Balme. Paru cette année chez le Cavalier Bleu, La Tentation de la Chine fait le point sur la situation actuelle de la Chine en partant de nos « idées reçues », comme le veut la collection.

Stéphanie Balme sera présente à la librairie le Phénix le vendredi 6 septembre à 18h. Nous vous espérons nombreux pour discuter des problématiques actuelles de la Chine et ouvrir avec nous un nouveau cycle de rencontres pour l’année scolaire 2013-2014 !

Résumé
Longtemps considérée comme la chasse gardée des sinologues, l’analyse de la Chine est désormais nourrie d’approches plus diversifiées. Pourtant, la Chine reste tour à tour présentée comme la civilisation la plus ancienne, la plus grande menace pour l’Europe ou la plus belle opportunité pour l’affirmation de sa puissance contre les États-Unis, un miracle ou une grande illusion économique, la plus grande société civile en formation ou le plus imposant des régimes dictatoriaux du monde.
Et, alors que les échanges tant culturels que commerciaux ne cessent de croître entre le reste du monde et la Chine, cette vision exotique est partout perceptible, occultant les mutations impressionnantes qu’a connu cet Empire prétendument « immobile » depuis quelques décennies. Rien qu’au cours de ces 5 dernières années : la Chine a célébré le 10e anniversaire de la rétrocession de Hong Kong. Pékin a accueilli les Jeux Olympiques en 2008. Le premier satellite lunaire, étape clé pour l’envoi d’une mission habitée sur la lune, a été lancé. Un athlète chinois est devenu champion du monde du 110 m haies. Et Miss Chine est devenue Miss Monde… Autant d’incitations à tenter de comprendre les transformations nées des interactions entre les sociétés capitalistes anciennes et ces pays émergents comme la Chine, les effets sociaux induits et les conséquences culturelles et politiques de la globalisation sur le monde chinois.

Rendez-vous
Vendredi 6 septembre 2013 à 18h
Entrée libre – Inscription sur notre site

Rencontre avec Françoise Mengin, auteur de « Fragments d’une guerre inachevée : Les entrepreneurs taiwanais et la partition de la Chine »

Directrice de recherche à Sciences Po (CERI), Françoise Mengin a consacré l’essentiel de ses travaux à la question de Taiwan dans son rapport à la formation de l’Etat dans le monde chinois.

Les éditions Karthala publient en partenariat avec Sciences Po, son dernier ouvrage sur les entrepreneurs taiwanais et la partition de la Chine intitulé Fragments d’une guerre inachevée. Françoise Mengin étudie la stratégie économique de Pékin pour attirer les industriels de Taiwan sur le continent, faisant d’eux les vecteurs de cette unité de la Chine voulue par Pékin. Françoise Mengin éclaire ainsi les différends territoriaux entre Pékin et Taiwan dans une démarche qui renouvelle la sociologie et l’économie politique des relations internationales.

Résumé
La République de Chine, repliée à Taiwan en 1949, a conservé une indépendance de fait. Mais les autorités communistes n’ont pas renoncé à réunifier formellement l’île à la Chine populaire. Outre une pression militaire croissante, la politique irrédentiste de Pékin a tablé sur l’intégration économique entre les deux rives du détroit de Formose. Répondant aussitôt aux mesures préférentielles qui leur ont été offertes, les industriels insulaires ont opéré un vaste mouvement de délocalisation de leurs activités sur le continent. Fragments d’une nation déchirée par des revendications contradictoires, ces entrepreneurs sont les vecteurs d’une unité de la Chine imposée par le Parti communiste, voulue mais différée par le Parti nationaliste, rejetée par les partis indépendantistes taiwanais.
Dans cette guerre civile inachevée, les logiques sociales s’imbriquent au conflit de souveraineté. Les acteurs transnationaux ont pu s’affranchir d’une législation sécuritaire ou tirer parti des modes de gouvernement de la Chine des réformes pour reconfigurer, à terme, la scène démocratique taiwanaise et, par là même, les rapports entre Pékin et Taipei.
Dans son irréductible spécificité, la question de Taiwan éclaire le rapport de l’économique au politique : une opération fictive de dépolitisation a présidé à l’ouverture de la frontière sino-taiwanaise afin d’ajourner toute résolution du conflit de souveraineté. Renouvelant la sociologie et l’économie politique des relations internationales, l’auteur apporte un éclairage aigu sur l’un des différends territoriaux qui font de l’Asie orientale une zone de risques majeurs.

Rendez-vous
Vendredi 31 mai 2013 à 18h
Entrée libre – Plus d’informations sur notre site

Rencontre avec Renaud de Spens, auteur du « Dictionnaire impertinent de la Chine »

Auteur avec Jean-Jacques Augier du Dictionnaire impertinent de la Chine (Bourin éditeur), Renaud de Spens sera présent à la librairie le Phénix pour vous présenter cet ouvrage salué par la critique et lauréat du Prix des Députés 2013.

Présenté comme un dictionnaire, ce livre vous invite à naviguer entre les différentes entrées pour pénétrer les coulisses de la société chinoise, franchir le mur de la censure (la Grande Cybermuraille), comprendre les enjeux d’internet en Chine, et refaire un tour d’horizon des affaires ayant défrayé la chronique et/ou effrayé l’appareil de censure. Ecrit avec humour, ce « dictionnaire » a déjà connu un beau succès dans notre librairie, nous vous invitons maintenant à rencontrer son auteur !

Résumé
Multiple, difficile à appréhender, impossible à synthétiser, qu’est-ce que la Chine aujourd’hui ?
Pour s’en faire une idée, il faut aller voir ce qui est dissimulé derrière le portrait géant de Mao place Tian’anmen, écouter ce que disent les cybercitoyens qui jouent à cache-cache avec la censure, visiter les coulisses de ce qui n’est peut-être déjà plus « l’atelier du monde », comprendre comment vivent les Chinois d’aujourd’hui, ce qu’ils aiment ou détestent, de quoi ils rient.

 Rendez-vous
Mercredi 17 avril 2013 à 18h
Entrée libre – Inscription sur notre site

 

Rencontre avec Bernard Brizay, auteur de « La France en Chine »

Journaliste et historien, auteur du Sac du Palais d’Eté (éditions du Rocher), Bernard Brizay retrace l’histoire de la présence française en Chine dans une passionnante étude : La France en Chine, paru aux éditions Perrin.

Des premières missions, des premiers sinologues, de Louis XIV à nos jours, en passant par les guerres du XIXe siècle à De Gaulle et aux relations contemporaines… ce sont plusieurs siècles d’échanges et de conflits, d’admiration mutuelle, de malentendus ou de craintes qui se déploient dans ce livre. Sans oublier les magnifiques échanges et créations culturelles que jalonnent des noms comme le père Huc, Paul Claudel et bien sûr Victor Segalen.

Résumé
a-couvTout commence avec Louis XIV, qui envoie des savants missionnaires jésuites à la cour de l’empereur Kangxi avec le fol espoir de convertir le souverain et ses sujets au catholicisme. La présence française, alors relativement pacifique, devient, au xixe siècle, beaucoup plus agressive : trois fois en guerre avec la Chine, la France participe aux côtés de la Grande-Bretagne au tristement célèbre sac du palais d’Eté en 1860.
Des Français de tous horizons y sont alors nombreux : militaires, diplomates, explorateurs, aventuriers, sinologues, écrivains, hommes d’affaires. A travers leurs réalisations, se dessine une histoire riche, diverse, étonnante et passionnante, où l’on croise le père Huc, Paul Claudel, Victor Segalen, les aventuriers de la Croisière jaune, les concepteurs fous du train du Yunnan, les canonnières du Yang-Tsé, et jusqu’à de Gaulle, le premier chef d’Etat occidental à reconnaître la Chine de Mao.
Si ce pays doit beaucoup à la France, l’inverse n’en est pas moins vrai, et l’auteur nous livre en filigrane une vision nouvelle des rapports franco-chinois de 1685 à nos jours.

Rendez-vous
Vendredi 12 avril 2013 à 18h
Entrée libre – Inscription sur notre site

Rencontre avec Bruno Birolli, auteur de « Ishiwara : L’homme qui déclencha la guerre »

Grand reporter et correspondant en Asie au Nouvel Observateur, Bruno Birolli a réalisé avec Paul Jenkins un documentaire sur le général Ishiwara pour la chaîne ARTE. Son livre, Ishiwara, L’homme qui déclencha la guerre, fait suite à ce documentaire.

Le général Ishiwara était à la tête de l’armée qui envahit la Mandchourie au début de la Seconde Guerre mondiale. Cette invasion fait suite à l’attentat de Moukden, quelque peu oublié de nos jours mais qui représenta un événement majeur et décisif dans le déclenchement de la guerre sino-japonaise. L’attentat de Moukden et l’invasion japonaise en Mandchourie qui la suivit sont décrits en détails par Hergé dans le Lotus Bleu.

Bruno Birolli revient sur ces événements à travers la figure du général Ishiwara, un personnage radical, partisan d’une « guerre finale » pour éradiquer les puissances occidentales. Son acharnement à déclencher la guerre aboutit à la mise en place du complot et du (faux) attentat de Moukden. Basé sur des archives inédites, le travail de Bruno Birolli permet de découvrir une personnalité effrayante et de retracer les étapes qui conduisirent à la guerre.

Rendez-vous
Vendredi 5 avril 2013 à 18h
Entrée libre – Inscription sur notre site

Pour en apprendre plus sur le documentaire diffusé par ARTE, suivre ce lien

Rencontre avec Pascal Dayez-Burgeon, auteur de « Histoire de la Corée, des origines à nos jours »

Directeur adjoint de l’Institut des sciences de la communication du CNRS, Pascal Dayez-Burgeon a été diplomate en Corée au sein du service culturel de l’ambassade de France. Il sera présent à la librairie Le Phénix le vendredi 22 février à 18h pour présenter son Histoire de la Corée, des origines à nos jours paru aux éditions Tallandier.

Pascal Dayez-Burgeon est également l’auteur de Les Coréens (Tallandier) et plus récemment de l’ouvrage De Séoul à Pyongyang  avec Kim Joo-no chez Cavalier bleu dans la collection Idées reçues (parution février 2013). Pour plus d’information sur ce livre, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Résumé
Meurtrie par une division qui a survécu à la Guerre froide, la Corée constitue le plus souvent pour les Occidentaux une terra incognita. Elle est pourtant l’héritière d’une longue histoire et la proximité menaçante des deux puissants voisins que furent la Chine et le Japon ne l’a pas empêchée d’affirmer au fil des siècles une personnalité originale.
La Corée est une épopée. Champ de ruines fumantes aux lendemains d’une guerre atrocement destructrice (La guerre de Corée, 1950-1953), la péninsule a tout fait pour renaître de ses cendres. Tout et son contraire : capitalisme débridé à Séoul, communisme fanatique à Pyongyang. Les deux régimes ont assumé leur choix dans leurs derniers retranchements.
La Corée a vécu la majeure partie de son histoire bloquée entre les deux puissants Empires chinois et japonais, puis a dû compter à partir de la seconde moitié du XIXe siècle avec l’irruption de la Russie installée à Vladivostok avant que 1945 n’introduise dans la région l’écrasante puissance américaine. Ce qui place le pays dans une situation des plus originales mais sans doute aussi des moins confortables, au point de contact des intérêts et des ambitions de quatre puissances majeures.
En un demi-siècle, la mue a été radicale. Le Sud est devenu la vitrine hyperbolique du libéralisme triomphant, le Nord un goulag ubuesque et misérable. Une telle accélération de l’histoire est sans exemple. Qu’on soit d’un côté ou de l’autre de la D.M.Z, cette bande frontalière qui coupe la péninsule coréenne en deux, on parle soit de miracle soit de tragédie. Mais les tragédies et les miracles ont des causes.
L’histoire que nous retrace Pascal Dayez-Burgeon permet d’en déceler les origines et d’en comprendre les enchaînements.

Rendez-vous
Vendredi 22 février 2013 à 18h
Entrée libre et gratuite – Plus d’informations sur notre site

Rencontre avec François Drémeaux, autour de « Hong Kong, présences françaises (du XIXe siècle à nos jours) »

Lancé à l’occasion des 150 ans de relations entre la France et Hong Kong, Hong Kong, présences françaises (du 19e siècle à nos jours) est une histoire des résidents français et des institutions françaises à Hong Kong depuis la fin du XIXe siècle.

François Drémeaux a dirigé la publication de cet ouvrage. Ses travaux de recherche sont centrés autour de la présence des Français à Hong Kong, et plus spécifiquement dans l’entre-deux-guerres.

Résumé
En 1862 était nommé le premier consul de France à Hong Kong. 150 ans plus tard, Hong Kong compte plus de 15 000 Français, 700 entreprises françaises et accueille l’un des plus grands festivals culturels français d’Asie.
HONG KONG : Ancien fleuron de l’empire colonial britannique devenu le cœur de la finance asiatique et une dynamique région administrative chinoise, cette ville-monde défie les sens et suscite l’admiration depuis qu’elle a pris son élan au 19e siècle.
PRÉSENCES FRANÇAISES : Anonymes ou illustres, de nombreux Français ont arpenté cette cité, y laissant empreintes et souvenirs. Récits de diplomates et chroniques de missionnaires, aventures de négociants et ouvrages d’artistes, autant de souvenirs captivants.
Leurs histoires dessinent un portrait impressionniste d’une cité toujours en mouvement. Ce sont de modestes instantanés d’existences, des témoignages précieux.A travers le prisme original d’une communauté, ces présences françaises proposent un voyage dans le temps, à la découverte d’une ville fascinante

Rendez-vous
Lundi 18 février 2013 à 18h
Entrée libre – Plus d’informations sur notre site

Parution évènement : La Chine des Ming et de Matteo Ricci (1552-1610)

Le mois de février 2013 s’ouvre sur une nouvelle parution des éditions du Cerf en partenariat avec l’Institut Ricci et le CECMC (Centre d’Etudes sur la Chine Moderne et Contemporaine) : La Chine des Ming et de Matteo Ricci (1552-1610) – Le premier dialogue des savoirs avec l’Europe.

Ce collectif rassemble les interventions de 14 intervenants lors du colloque international tenu à l’Unesco en 2010 portant sur les premiers contacts entre l’Europe et la Chine des Ming.

Le livre sera présenté officiellement au Centre Sèvre le 16 février à 16h30 (dans les cadre des festivités du Nouvel An chinois). Le Phénix sera présent pour proposer le livre à la vente. (Pour plus d’informations, contactez-nous, ou visitez le site de l’Institut Ricci)

Sommaire :

Introduction par Isabelle Landry-Deron 

PREMIÈRE PARTIE : Quelle Chine ? Quels réseaux ? 

Le statut de Matteo Ricci en Chine par Michel Cartier

Matteo Ricci et les lettrés de Nankin par Frédéric Wang

Les deux voyages de Matteo Ricci à Pékin. Gagner la capitale de l’Empire céleste par Shenwen Li

La connaissance de la langue et de l’écriture chinoises au XVIe siècle en Europe par Viviane Alleton

DEUXIÈME PARTIE : L’expérience des autres religions

Au-delà de l’Empire chinois. Les bouleversements dans l’Asie intérieure au temps de Matteo Ricci par Françoise Aubin

Ricci et les « musulmans de Canton ». À propos du premier dialogue des jésuites avec l’Europe par Zvi Ben-Dor Benite

Ricci et les intellectuels chinois aujourd’hui par Thierry Meynard

La « bibliothèque » occidentale de Matteo Ricci à Pékin. Quelques observations critiques par Noël Golvers

TROISIÈME PARTIE : Echanges scientifiques

Le voyage de Matteo Ricci et des jésuites en Chine. Science, typhons, pirates, naufrages, maladies par Isaia Iannaccone

Pourquoi avoir traduit Euclide en chinois. La raison d’un choix et ses conséquences par Jean-Claude Martzloff

Les activités scientifiques de Matteo Ricci en Chine par Claudia von Collani

Comment analyser l’échange des savoirs entre la Chine et l’Europe au temps de Matteo Ricci par Jean Dhombres

La science, un pont entre les cultures par Pierre Léna

Bibliographie
Index des noms de personnes
Présentation des articles et des auteurs

Commander le livre

Rencontre avec François Godement, auteur de « Que veut la Chine ? De Mao au capitalisme »

Historien et professeur des universités à Sciences Po, François Godement sera présent à la librairie pour vous présenter son livre Que veut la Chine ? De Mao au capitalisme (Odile Jacob) ainsi que sa participation à l’ouvrage Les Géants d’Asie en 2025 paru chez Picquier Poche.

 

Que veut la Chine ? De Mao au capitalisme
Résumé
La Chine sera, avant 2020, la première puissance économique du monde. Va-t-elle en prendre la direction politique ? Oscillant entre un nationalisme arrogant et une étonnante discrétion dans le concert des nations, elle émet des signaux contradictoires pour l’opinion internationale. Machiavélisme de ses dirigeants ? Crainte de réveiller le fantôme des années Mao ? Ou, plus prosaïquement, absence de vision d’une élite avant tout préoccupée par ses problèmes ? Les dirigeants chinois sont moins unifiés qu’on ne l’a cru ; ils sont inquiets de leur légitimité et du fossé grandissant avec la population.
Nourri des voyages de François Godement en Chine et de sa connaissance intime de son histoire, ce livre en décrypte les différentes facettes : des dessous de l’affaire Bo Xilai aux soubresauts qui agitent le Parti communiste chinois, des succès éclatants d’une économie hybride à l’aggravation non moins inquiétante des inégalités sociales, se dessine le portrait d’une Chine convulsive, inquiète et qui n’a pas achevé sa mue. Chacun perçoit que l’immobilisme politique est confronté à des attentes grandissantes de la société chinoise, individualiste et curieuse.

Les géants d’Asie en 2025
Résumé
Il y a longtemps que l’Asie est le centre de gravité démographique du globe. Aujourd’hui, elle est essentielle à l’économie mondialisée. Demain, elle pourrait se trouver au cœur des équilibres géostratégiques et militaires de la planète.
Trois des meilleurs spécialistes français se livrent ici à un exercice de prospective. Ils nous donnent leur vision de l’évolution des trois géants d’Asie dans les années à venir. Quand nombre d’experts se contentent de prolonger les courbes de croissance, eux multiplient les hypothèses qui se répondent d’un chapitre à l’autre. Leurs scénarios se fondent sur une profonde connaissance du passé et du présent de la Chine, du Japon et de l’Inde, et des très nombreux facteurs de tous ordres (économie, démographie, politique, culture, géostratégie) dont dépend leur avenir – et avec lui, le nôtre.

Rendez-vous
Vendredi 1er février 2013 à 18h
au 1er étage de notre librairie
Entrée libre – Plus d’informations et inscription

Rencontre avec Jean-Luc Domenach, auteur de « Mao, sa cour et ses complots : Derrière les murs rouges »

Jean-luc Domenach est directeur de recherche à Sciences Po, où il a dirigé pendant neuf ans le CERI. Chroniqueur régulier pour le quotidien Ouest France, et très souvent consulté, il est l’un des meilleurs connaisseurs de la Chine où il a vécu de nombreuses années.

Après Comprendre la Chine aujourd’hui (Perrin, 2008) et La Chine m’inquiète (Perrin, 2009), il publie en cette fin d’année chez Fayard son nouveau livre sur l’élite politique à l’époque maoïste Mao, sa cour et ses complots : Derrière les Murs rouges.

Jean-Luc Domenach nous raconte dans cet ouvrage les relations complexes entre les différents membres de l’élite politique de l’époque maoïste et tout ce qui se tramait « derrière les Murs rouges », pendant que la Chine subissait des tourments dont elle mettra du temps à se remettre.

Un récit passionnant qui nous permet de comprendre l’envers du décors de la domination de Mao dans le système autoritaire chinois, et qui suscite de nombreuses questions sur l’origine de l’élite politique actuelle.

Résumé
En 1949, après leur victoire militaire, les dirigeants communistes s’installent dans une dépendance du palais impérial de Pékin, et y aménagent un vaste ensemble résidentiel et administratif entouré de longs murs rouges. Quelques centaines d’entre eux, avec leurs collaborateurs et leurs familles, y cohabitent, à l’abri des regards, jouissant de conditions de vie exceptionnelles : nourriture abondante, fêtes et loisirs. Grands hôtels, résidences de luxe et plages privées sont à leur disposition pour profiter de leurs vacances et cacher leurs débats et leurs transgressions. Pendant ce temps, le pays subit les effets d’une domination totalitaire, d’une socialisation largement inefficace, d’une effroyable famine, puis de la Révolution culturelle et de ses luttes de factions. C’est qu’un fossé à la fois politique et humain s’est creusé entre Mao, de plus en plus isolé par ses échecs et ses dérives privées, et des collègues toujours plus pragmatiques et intéressés, caste qui finira par s’imposer après sa mort.Jean-Luc Domenach nous révèle la trame non seulement politique, mais humaine et sociale de cette histoire tragique traversée par l’élite des Murs rouges. En montrant l’imbrication entre l’obsession pour le pouvoir, la soif des plaisirs et le poids des relations personnelles, il bouleverse notre regard sur le totalitarisme version chinoise. Et l’on découvre que les protagonistes de cette terrible histoire sont les parents des dirigeants actuels ; un passé qui engage donc notre avenir.

Rendez-vous
Vendredi 18 janvier 2013 à 18h
au 1er étage de notre librairie
Entrée libre – Plus d’informations et inscription