Archives pour la catégorie Histoire et culture ancienne

Rencontre-dédicace avec le conservateur et spécialiste des monnaies orientales François Thierry

thierry-francoisNous avons le plaisir de recevoir à nouveau dans notre librairie François Thierry qui viendra nous présenter son livre Les monnaies de la Chine ancienne, à paraître le 13 mai 2017 aux éditions Les Belles Lettres.

Présentation du livre

Véritable somme, fruit de plusieurs décennies de recherche, ce livre est à ce jour la synthèse la plus complète sur les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l’Empire (1911). Mobilisant une grande variété de sources, il conduit le lecteur au travers d’une aventure monétaire multiséculaire et, ce faisant, trace une passionnante histoire générale de la Chine.

Alors que le monde occidental fonctionnait sur le modèle de la valeur intrinsèque de la monnaie (liée à la valeur de la matière dont elle est constituée), le monde chinois a « inventé » la monnaie fiduciaire : celle dont la valeur repose sur la loi. Dès le xe siècle av. J.-C., les Chinois ont mis au point un système où un objet spécifique est à la fois unité de compte, mesure de la valeur des biens et moyen de paiement et d’échange. Un système avec pour seul signe monétaire une pièce de bronze.

À l’aide des textes historiques (annales dynastiques, mémoires au trône, rapports de fonctionnaires) et des découvertes archéologiques les plus récentes, est mise en lumière la différence majeure entre l’image donnée par l’historiographie officielle et la réalité de la circulation monétaire. L’hétérogénéité des espèces en circulation et les pratiques financières montrent tout l’écart qu’il y a entre la monnaie à valeur intrinsèque et la monnaie fiduciaire, cette « remarquable anomalie » aux yeux des Occidentaux.

Ce livre est enrichi d’une iconographie exceptionnelle de plus de 370 illustrations, pour la plupart inédites, de 20 cartes et tableaux et d’une bibliographie exhaustive.

A propos de l’auteur

François Thierry est agrégé de l’Université et conservateur général, chargé des monnaies orientales au Département des Monnaies et Médailles de la BNF. Il est aussi auteur de La ruine du Qin (Vuibert, 2013) et Le trésor de Huê (Nouveau monde, 2014)

4552BIS

Rendez-vous :

Samedi 20 mai 2017 à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre 
Inscription sur notre site

Rencontre-dédicace avec les sinologues Marianne Bujard et Michèle Pirazzoli-t’Serstevens pour la présentation de leur livre « Les dynasties Qin et Han »

Livre bisNous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie Marianne Bujard et Michèle Pirazzoli-t’Serstevens, qui viendront nous présenter leur livre Les dynasties Qin et Han, paru le 14 février 2017 aux éditions Belles Lettres.

Présentation du livre

Les premiers empires chinois, les dynasties Qin (221-207 av. J. -C. ) et Han (206 av. -220 ap. J. -C. ), forgèrent un système politique, des structures sociales, une organisation économique et des assises culturelles qui allaient rester la référence pour les dynasties à venir. L’unification que ces dynasties imposèrent, l’expansion territoriale et les brassages de populations qui en découlèrent font de ces quatre siècles une époque charnière. Le présent ouvrage est une synthèse sur l’histoire et la civilisation de cette période fondamentale dans l’histoire de la Chine et dont l’étude a été profondément nourrie et renouvelée par les nombreuses découvertes archéologiques de ces cinquante dernières années. L’ouvrage commence par une série de chapitres chronologiques, qui exposent les grands jalons de l’histoire politique et les évolutions institutionnelles des empires Qin et Han. Ils sont suivis par des sections thématiques portant quant à elles sur le système administratif, la vie quotidienne, les marches de l’empire, la religion, la littérature et la pensée.

A propos des auteures

auteuresBIS1Marianne Bujard est directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études. Ses recherches portent sur la religion de la Chine ancienne et sur les temples et les stèles de Pékin. Elle est, entre autres publications, l’auteur de Le sacrifice au ciel dans la Chine ancienne : théorie et pratique sous les Han Occidentaux (EFEO, 2000).

Michèle Pirazzoli-t’Serstevens est directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études. Ses recherches portent sur l’histoire de l’art de la Chine, l’Art et l’archéologie de l’époque des Han, et Giuseppe Castiglione. Elle est, entre autres publications, l’auteur de La Chine des Han (PUF, 1982), Giuseppe Castiglione (1688-1766). Peintre et architecte à la cour de Chine (Thalia, 2007).

Rendez-vous :
Samedi 22 avril à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

 

Rencontre-dédicace avec Danielle Elisseeff autour de la parution de l’ouvrage « Esthétique du quotidien en Chine »

ElisseeffNous avons le plaisir de recevoir Danielle Elisseeff pour une rencontre dans notre librairie consacrée à la présentation du livre publié sous sa direction Esthétiques du quotidien en Chine, paru en avril 2016 aux éditions du Regard & Institut français de la mode.

Présentation du livre :

Nées à l’ombre des expressions voyantes d’un art officiel, de nouvelles manières d’être et de vivre, d’habiter ou de jouir composent aujourd’hui en Chine une esthétique du quotidien originale. C’est d’elle dont se saisissent dans cet ouvrage, écrivains et spécialistes de la culture chinoise, la pistant dans l’art culinaire, les soins du corps, l’architecture, la beauté, la mode, sans oublier les dernières variantes du luxe.

Des différentes contributions, inédites et diverses dans leur esprit comme dans leur approche, ressortent au fil des pages tant la complexité historique, sociale, religieuse, éthique, artistique et économique que le renouvellement profond des arts de vivre et des goûts en Chine à l’âge du nouveau capitalisme d’Etat.

Sommaire :
1. L’espace
*de la qualité des relations dans l’architecture chinoise (Françoise Ged)
*les mémoires d’un appartement de Shanghai (Marylise Hébrard)

2. Corps et beauté
*«beau», «belle », «beauté » : qu’entendez-vous par là ? (Danielle Elisseeff)
*Economie du luxe (Jacqueline Tsai)
*la fabrique d’un parfum (Jean-Claude Ellena)
*entre Occident et orient : la nouvelle culture de la mode en chine (Ou Na)

3. Nourrir la vie
*l’harmonieuse beauté de la santé (Élisabeth Rochat de la Vallée)
*cuisine et gastronomies chinoises (Gilles Fumey)

4. Valeurs et croyances
*richesse, ostentation et religion (Pascal Morand)
*l’esthétique chinoise des défunts (Cyrille J.-D. Javary)

Esthétiques du quotidien en Chine

Rendez-vous :
Samedi 2 juillet 2016 à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

« Comprendre la Chine en BD », tome 2

« Après plus de 400 ans d’unité sous la dynastie Han, la Chine entra dans une période de division qui allait durer près de quatre siècles. Ce fut la période la plus complexe de toute l’histoire de Chine, une ère de chaos, de guerres civiles et d’invasion. [...]« 

Comprendre la Chine en BD, Jing LIU

Comprendre la Chine en BD, tome 2, Jing LIU

La série Comprendre la Chine en BD de LIU Jing présente de manière ludique l’histoire de la Chine impériale, de l’empereur jaune à la chute du dernier empereur des Qing en 1912, sous forme de bande dessinée en noir et blanc. Ce second tome est consacré à la période de 220 à 907, des Trois Royaumes à la dynastie Tang.

Son auteur, Liu Jing, a souhaité vulgariser l’histoire de son pays afin qu’elle soit mieux comprise par le plus grand nombre. Après son succès aux Etats-Unis, Comprendre la Chine en BD [Understanding China Through Comics, Moli publisher, 2011-2014] est disponible en français grâce aux éditions Kotoji (collection Asian District), dans une traduction de Baptiste Gaussen. Une bonne façon de réviser ses connaissances sur l’histoire de l’Empire du Milieu !

La série est constituée des volumes suivants :
Tome 1 : De l’empereur jaune à la dynastie Han (2697 av. JC – 220 ap. JC)
Tome 2 : De la période des Trois Royaumes jusqu’à la dynastie Tang (220 – 907)
Tome 3 : Des Cinq Dynasties et Dix Royaumes jusqu’à la dynastie Yuan (907 – 1368)
Tome 4 : Les dynasties Ming et Qing (1368 – 1912)

Actuellement, seuls les tomes 1 et 2 sont parus en France.

Commander

Comprendre la Chine en BD, tome 2, Liu Jing, extrait, librairie Le Phénix

Comprendre la Chine en BD, tome 2, Liu Jing, extrait, librairie Le Phénix

« Chine culture et traditions » de Jacques Pimpaneau enfin disponible en format poche !

chine-culture-traditions-pimpaneau-9782809711349Nous sommes ravis de vous présenter l’édition au format poche de ce livre devenu incontournable, pour qui veut découvrir la culture chinoise traditionnelle.

Le style limpide et vivant de Jacques Pimpaneau rend la lecture de cette petite encyclopédie très agréable : des sujets aussi variés que les fêtes, les rites, le mobilier, le calendrier, la musique, la nourriture composent le corps de l’ouvrage. Après avoir parcouru les 36 chapitres, ponctués de gravures anciennes, vous serez incollable et prêt à aborder des ouvrages plus pointus.

Chine, culture et traditions, de Jacques Pimpaneau, Editions Philippe Picquier, 2015 [2004], 535 pages.

Pour ceux qui préfèrent le grand format pour son confort de lecture et la qualité des illustrations, l’édition de 2004 est encore disponible (voir sur notre site).

Rencontre avec Gilles Boileau, auteur de « Politique et rituel dans la Chine ancienne »

auteur-giles-boileauNous avons le plaisir d’accueillir Gilles Boileau, professeur spécialiste en archéologie, anthropologie politique et philosophie à l’université Tamkang de Taïwan, pour la présentation de son ouvrage Politique et rituel dans la Chine ancienne publié par l’Institut des Hautes Etudes Chinoises en 2014.

Résumé de l’ouvrage :

Ce livre étudie les rapports du rituel, du religieux et du politique dans les sources Shang et Zhou, dans une perspective à la fois anthropologique et historique, à partir de l’examen des ruptures rituelles, jusqu’au début du premier empire.
Six thèmes entrecroisés en forment l’ossature : le rôle et le statut des wu 巫; les rapports du roi archaïque avec les puissances naturelles des montagnes et des fleuves ; les catégories culinaires liées aux rituels sacrificiels ; la viande sacrificielle et ses modes de distribution ; l’émergence des shi 士 et le thème de l’intelligence ; les transformations politiques et rituelles de l’État jusqu’au premier empire.
politique-rituel-chine-ancienne-9782857570721Les deux premiers chapitres sont centrés sur les procédures rituelles destinées à faire face aux aspects négatifs de l’existence (deuil) et de la nature (catastrophes naturelles) ; ils montrent que les wu féminins étaient « auxiliaires » du roi et lui permettaient de faire alliance avec les puissances naturelles des montagnes et des fleuves. Les deux chapitres suivants explorent les catégories culinaires du sacrifice et les systèmes de distribution de la viande sacrificielle ; la construction de la mémoire à travers une série d’oppositions entre la simplicité antique et la « sophistication » contemporaine forment le cœur du chapitre 3, tandis que le chapitre 4 est centré sur l’idéologie royale du don et les réseaux de pouvoir liés au sacrifice. Les deux derniers chapitres examinent les transformations intellectuelles et politiques de la fin des Zhou et du premier empire, par l’intermédiaire des conflits survenant entre les discours archaïques de nature rituelle et les nouvelles pratiques mises en œuvre par les États conseillés par les shi.

Rendez-vous 
Vendredi 20 novembre 2015 à 18h
Entrée libre
Plus d’informations et inscription sur notre site

Une manière simple et efficace de s’initier ou de réviser les fondements de la culture chinoise !

couvertureLes éditions Kotoji publient en ce mois de juin le premier volume de l’illustrateur Liu Jing qui présentera l’histoire et les fondements culturels de la Chine : Comprendre la Chine en BD. Ce premier tome couvre la période des origines de l’Etat chinois jusqu’à la dynastie des Han (2697 av. JC – 220 ap. JC).

Après une courte présentation générale de la Chine (son territoire, ses dynasties, ses périodes de guerre, le mandat du ciel et la centralisation de l’état), cette bande dessinée pédagogique propose avec beaucoup d’humour une initiation à l’histoire des différentes dynasties qui se sont succédées jusqu’à la fin des Han. De nombreux chiffres et schémas étayent le propos de l’auteur, qui résume bien les points importants et les logiques à l’origine des évolutions profondes de la Chine ancienne.

Une lecture très agréable pour les jeunes comme pour les moins jeunes, qui permet de fixer et mettre de l’ordre dans nos connaissances sur cette période troublée de l’histoire de la Chine. On attend les tomes suivants avec impatience !

Commander sur notre site

« Chine, une certaine vision de l’histoire », de Yves Wintrebert et Han Huaiyuan

couvOù les petites histoires font l’Histoire avec un grand H !

Yves Wintrebert et Han Huaiyuan ont vraiment réussi le pari de nous distraire tout en expliquant certains aspects de la culture et de la société chinoise. Ils ont choisi des histoires puisées dans les répertoires classiques pour illustrer certains thèmes (piété filiale, séduction, cadeaux, éducation, … ) et les ont mis en parallèle avec des anecdotes liées à l’actualité, venant de la presse ou d’Internet.  Par exemple, pour les superstitions, on passe des Royaumes combattants à des conseils trouvés sur Weibo ! Nous vous invitons à vous plonger sans attendre dans ces histoires et anecdotes, aux commentaires non dénués d »humour !

Chine, une certaine vision de l’histoire : Anecdotes et curiosités de la Chine ancienne et moderne, de Yves Wintrebert et Han Huaiyuan, L’Aube, 2014, 240 p.

Commander sur notre site

Promenade au jardin des poiriers

Nous attendions sa parution avec impatience : ça y est ! Le livre de Jacques Pimpaneau sur l’Opéra classique chinois est enfin disponible aux Belles Lettres.

Voilà un ouvrage qui comble un vide dans le paysage éditorial français sur le théâtre classique chinois. Chine : l’opéra classique, Promenade au jardin des poiriers présente l’opéra chinois et son histoire, ses techniques, les caractéristiques des différents opéras locaux… mais Jacques Pimpaneau nous offre également une belle présentation du théâtre classique chinois, son histoire et ses évolutions. Bref, il s’agit d’un ouvrage très complet dont vous pourrez découvrir le sommaire sur la page de notre site.

Et qui de mieux placé pour vous présenter ce livre que Jacques Pimpaneau lui-même ?

Nous avons le plaisir de vous inviter à une rencontre avec Jacques Pimpaneau le vendredi 28 février à 18h au Phénix pour une présentation et une dédicace de Chine : l’opéra classique. Nous vous invitons à vous inscrire sur la page de l’événement sur notre site internet, cela nous permet d’évaluer le nombre de présents ! 

 

Le dictionnaire amoureux de la Chine

Le Dictionnaire amoureux de la Chine de José Frèches vient tout juste de paraître et tombe à point nommé pour les cadeaux de dernière minute.

Nouveau venu dans la collection des Dictionnaire amoureux édités par Plon, le Dictionnaire amoureux de la Chine est, comme le veut l’exercice, classé par ordre alphabétique. Il passe en revue de nombreux thèmes associés à la Chine : notions issues de la philosophie chinoise, personnages célèbres, personnes historiques, lieux, coutumes et pratiques, etc. Si le nombre d’entrées n’est pas exhaustif, le propos est quant à lui bien étoffé (le livre fait plus de 1000 pages) et se déploie agréablement. Chaque thème est prétexte à une découverte plus générale de la Chine, à une plongée dans l’Histoire à travers personnages marquants, œuvres caractéristiques et coutumes traditionnelles

Ce livre le confirme : on ne consulte pas les dictionnaires amoureux, on s’y promène… Ils sont moins des ouvrages de référence que des chemins de découverte et le dictionnaire amoureux de la Chine ne fait pas exception : il s’agit là d’un livre à savourer avec lenteur, où l’on se perd avec plaisir.

Un cadeau idéal pour quiconque s’intéresse à la Chine…

Commander sur notre site

Rencontre avec Damien Chaussende, auteur de « La Chine du XVIIIe siècle »

Paru dans l’excellente collection « Les Guides des Belles Lettres », la Chine du XVIIIe siècle présente de manière complète et documentée, (tout en restant accessible aux non spécialistes), la Chine de l’âge d’or des Qing.

Nous accueillons avec joie la parution de cet ouvrage qui met en lumière la dynastie des Qing à l’époque de ses grands empereurs et de ses plus belles productions. C’est un effet une Chine raffinée que l’on découvre dans ce livre, celle du grand empereur Qianlong et celle du Rêve dans le Pavillon Rouge.

Très complet, ce livre éclaire le contexte historique, politique, administratif et économique du XVIIIe siècle tout en fournissant un éclairage limpide sur différents aspects de la société de l’époque, ses productions littéraires et artistiques, la vie quotidienne, etc.

Résumé
Au XVIIIe siècle, la Chine, bien que peuplée en majorité de Chinois, n’est pas gouvernée par des Chinois, mais par des souverains venus du nord-est : les Mandchous. L’empire qu’ils y fondèrent les Qing était sans doute l’un des plus étendus du monde à cette époque : il englobait non seulement la Chine proprement dite, c’est-à-dire le territoire que les Mandchous héritèrent de la dynastie chinoise précédente qu’ils conquirent, les Ming (1368-1644), mais aussi des régions qu’ils intégrèrent par ailleurs, comme la Mandchourie, leur patrie d’origine, le Turkestan oriental (le Xinjiang), la Mongolie et le protectorat tibétain.
La stabilité politique apportée par les souverains et l’essor économique qui l’accompagna permirent une poussée démographique sans précédent : la population doubla en l’espace de cinquante ans pour atteindre environ trois cents millions d’habitants à la fin du XVIIIe siècle. L’intelligence et la finesse politique des empereurs Qing les portèrent à présenter un visage différent selon leurs interlocuteurs : s’ils assumaient parfaitement le rôle de Fils du Ciel et de défenseurs des valeurs traditionnelles confucéennes pour les Chinois, ils étaient en même temps de grands khans aux yeux des Mongols et de véritables chefs bouddhistes pour les Tibétains.
Rétrospectivement, cette dynastie ne fut pas simplement une tranche de l’histoire de la Chine, comme on a souvent eu tendance à la réduire, mais surtout un grand empire multiethnique et multiculturel qui dépassa le simple cadre chinois. Mettant en avant les derniers développements de la recherche, l’ouvrage accorde un intérêt soutenu, et inédit, au caractère multiethnique des Qing et la « mandchouité » des souverains, sujets peu traités par les sinologues.
La période Qing fut sur le plan culturel, entre autres grâce au patronage impérial, d’un dynamisme rarement atteint dans l’histoire de la Chine ; elle livra à la postérité de riches vestiges et une littérature particulièrement variée et abondante. Damien Chaussende est sinologue, chercheur au CNRS, membre du Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale. Ses recherches portent sur l’histoire et l’historiographie de la Chine classique.
Il est l’auteur de Des Trois royaumes aux Jin. Légitimation du pouvoir impérial en Chine au IIIe siècle (Belles Lettres, 2010), de La Véritable histoire du premier empereur de Chine (Belles Lettres, 2010) et le traducteur de L’invention de la Chine éternelle de Yuri Pines (Belles Lettres, 2013).

Rendez-vous
Vendredi 29 novembre 2013 à 18h
Entrée libre – Inscription sur notre site

Rencontre avec Léon Vandermeersch, auteur de « Les deux raisons de la pensée chinoise : Divination et idéographie »

Nous avons le plaisir de recevoir Léon Vandermeersch le vendredi 21 juin à la librairie pour une présentation de son livre Les deux raisons de la pensée chinoise. Sous-titré « Divination et idéographie », cet essai soutient une thèse passionnante selon laquelle l’idéographie chinoise a été inventée au XIIIe siècle de notre ère pour noter des divinations, non des discours. La notation de ces divinations a donné lieu à une langue graphique restée relativement indépendante de la langue parlée et ce n’est qu’au VIIIe siècle de notre ère qu’une « écriture » de la langue parlée a été extraite de cette langue graphique….

Résumé
Selon Léon Vandermeersch, l’idéographie chinoise a été inventée, au XIIIe siècle avant notre ère, pour noter non des discours, mais des divinations. Ce système de notation d’équations divinatoires s’est transformé au cours d’un demi-millénaire en une langue graphique restée relativement indépendante de la langue parlée. Ce n’est qu’au VIIIe siècle de notre ère qu’une écriture (idéographique) de la langue parlée a été extraite de cette langue graphique.
A l’appui de cette thèse, l’auteur étudie l’invention chinoise des équations divinatoires, étude jamais entreprise auparavant, la divination pratiquée au néolithique chinois ayant été abondamment décrite, mais sans être autrement étudiée. Cette étude met aussi en évidence la pénétration d’un rationalisme divinatoire au plus profond de la culture chinoise historique, marquée de « raison manticologique » au lieu de la raison théologique.
Léon Vandermeersch laisse ouverte la question de savoir si, après une dramatique occidentalisation à marche forcée à partir des guerres de l’Opium, la Chine d’aujourd’hui pourrait redécouvrir la fécondité de sa propre culture, pas encore remise d’avoir subi, après le mépris des modernistes de l’entre-deux-guerres, un complet écrasement sous le totalitarisme maoïste.

Rendez-vous
Vendredi 21 juin 2013 à 18h
Entrée libre – Informations pratiques sur notre site

Rencontre avec François Thierry, auteur de « La ruine du Qin : Ascension, triomphe et mort du premier empereur de Chine »

auteurFrançois Thierry sera présent à la librairie le Phénix le vendredi 15 mars pour présenter son ouvrage La ruine du Qin : Ascension, triomphe et mort du premier empereur de Chine, paru en janvier 2013.

Il offre une biographie du premier empereur de Chine Qin Shihuangdi qui s’affranchit des histoires idéalisées. Il explore l’ascension, le triomphe et la mort de cet homme superstitieux et paranoïaque qui réussit pourtant à unifier l’Empire chinois…

Résumé
Une légende noire entoure Qin Shihuangdi, le premier empereur de Chine. Prince médiocre, arrivé sur le trône du Qin presque par hasard à la fin du IIIe siècle av. n. è. il conquit pourtant tous les royaumes voisins et unifia l’empire chinois. Il fonda en 221 av. n. è. la dynastie Qin, qui mit fin à des siècles de féodalité, et instaura un État centralisé fort… qui s’écroula trois ans à peine après sa mort. Empereur paranoïaque, superstitieux, sans envergure ni vision, il fut pourtant un bâtisseur hors du commun, dont la fameuse armée de terre cuite enterrée, mais aussi la Grande Muraille, constituent les témoignages les plus éloquents.
Immense homme d’État ? Dictateur sanguinaire avant la lettre ? Qui est donc cet homme aux multiples facettes et à l’héritage si contrasté ? Si l’historiographie a caricaturé Qin Shihuangdi, dont l’itinéraire fascinait Mao Zedong, François Thierry rétablit enfin son véritable visage et nous donne de pénétrer dans l’intimité de cet homme d’État au destin si exceptionnel. Complots, règlements de comptes sanglants, ministres véreux… Tels sont les ingrédients de cette passionnante incursion dans l’Empire du Milieu.

Rendez-vous
Vendredi 15 mars 2013 à 18h
Entrée libre et gratuite – Plus d’informations sur notre site

Rencontre avec Rémi Mathieu, auteur de « L’éclat de la pivoine : Comment entendre la Chine »

Nous sommes heureux d’accueillir Rémi Mathieu, directeur de recherche au CNRS, pour nous présenter son dernier livre paru aux éditions J.C Lattès : L’Eclat de la pivoine. Sous-titré « Comment entendre la Chine », cet ouvrage rend accessibles les codes de la pensée chinoise tout en balayant les préjugés bien souvent responsables d’une « peur » de la Chine.

Résumé
Nul n’en peut douter : le XXIe siècle sera chinois. La pivoine, symbole du pays, est plus éclatante que jamais. Pourtant, nous n’entendons pas la Chine : parce que nous ne savons pas l’écouter, nous ne la comprenons pas. Lointaine, elle demeure une figure de l’énigme.
Dans cet essai d’une acuité remarquable, Rémi Mathieu nous invite à réviser nos jugements et notre «peur» de l’Empire du Milieu, en nous rendant accessibles les codes de la pensée chinoise.
Non, la Chine n’est pas une menace, pas plus qu’elle n’est une solution exotique à nos difficultés présentes. Son histoire et sa culture, fortement marquées par les philosophies confucianiste et taoïste, nous le disent. La Chine, contrairement à l’Occident judéo-chrétien, ne prétend pas imposer une vérité à l’ensemble du monde : elle s’intéresse davantage à la voie, aux moyens permettant d’obtenir un résultat. Non, le Chinois n’est pas «fourbe» ou «impassible» : il cultive seulement les valeurs cardinales que sont pour lui la civilité et l’humilité, et tente, dans une «société de la honte», de ne jamais perdre la face. Oui, la Chine change et s’ouvre au monde. Elle se vit maintenant dans notre quotidien, économiquement, politiquement, financièrement et culturellement. Mais à quel prix ?
Avec maîtrise et subtilité, L’Éclat de la pivoine éclaire les fondements de la civilisation chinoise, nous en fait pénétrer l’esprit et les nuances, et dissipe les malentendus. Au bout du compte, il s’agit peut-être enfin d’aimer la Chine.

Rendez-vous
Vendredi 7 décembre 2012 à 18h
au 1er étage de la librairie
Entrée libre – Plus d’informations et inscription