Archives pour la catégorie Cinéma

Rencontre-dédicace avec le réalisateur du documentaire « Sur la piste de Yu Bin »

A l’occasion des écrans de Chine, la sixième édition du festival de films documentaires chinois du 3 au 20 novembre 2016, nous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie Jean-Christophe Yu qui viendra nous raconter sa redécouverte de l’histoire de la Chine au cours du 20e siècle en remontant la piste de son grand-père avec son film documentaire Sur la piste de Yu Bin 找寻余平的踪迹.

Présentation du film

En remontant la piste de Yu Bin, mon grand père, je redécouvre l’histoire de la Chine au cours du 20e siècle. Entre espoirs et désespoirs. Je mélange mon imaginaire d’enfant fasciné par la Chine révolutionnaire aux réalités moins héroïques. J’apprends le sort des jeunes étudiants chinois en Europe au cours des années ’20 et je brasse à nouveau ces conflits idéologiques qui écartèrent les tenants du Kuomingtang nationaliste, ceux de l’église catholique ou les militants communistes de la première heure.

Ce faisant, je mets à nu ce terreau d’antagonisme qui, au sein de la communauté chinoise, donnera naissance à ce nationalisme ou, du moins, à cette «fierté d’être chinois» dont nous voyons aujourd’hui, en bien ou en mal, les nombreuses illustrations. De l’écrivain Malraux dénonçant ces fameux «Interdits aux chiens et aux Chinois» écrits sur les panneaux à l’entré des parcs de Shanghai, aux clichés surannés dénoncés par l’ensemble des jeunes Chinois d’Europe, je jette une lumière sur un pan d’histoire peu ou mal connu en occident: la prise de conscience puis la lutte des Chinois, et des jeunes Chinois en particulier, pour leur dignité et le respect de leur pays d’origine.

Ce combat fut aussi celui de Yu Bin dont je retrouve les traces, en France ou en Belgique.

Au fil des nombreuses lettres que celui-ci écrit à son fils Georges, au fil de mon enquête, s’élabore ainsi une histoire singulière aux prises avec les soubresauts de l’histoire des années d’avant 2e guerre mondiale puis avec celle de la Chine après la révolution de 1949.

Mêlé à la grande histoire humaine, le destin de Yu Bin s’élabore ainsi en une aventure émouvante, poétique parfois, dont je retrace le cours. Sur la piste de mon grand père, c’est aussi un peu de son fils, c’est un peu de moi, c’est un peu de nous tous, passés, présents ou à venir, Chinois ou non, dont je veux parler.

Plus d’informations sur la Page facebook du film SUR LA PISTE DE YU BIN


Rencontre-dédicace avec l’actrice Laura Weissbecker, star française à Pékin

Photo Studio Cui CuiNous avons le plaisir de recevoir dans notre librairie Laura Weissbecker qui viendra nous raconter son parcours d’actrice et sa découverte de la Chine avec son livre Comment je suis devenue chinoise, à paraître le 6 octobre 2016 aux éditions La Nuée Bleue.

Présentation du livre

Comment une actrice française a-t-elle franchi le fossé qui sépare la culture occidentale de la culture extrême-orientale, au point de quasiment devenir Chinoise? Un destin fascinant, sous une plume poétique et haute en couleurs.

Le récit de cette expérience hors du commun est découpé en sept chapitres thématiques, qui s’articulent autour des cinq éléments chinois (bois, feu, terre, métal, eau), auxquels Laura Weissbecker a ajouté deux éléments occidentaux: l’air et le cosmos. Chaque chapitre évoque, autour de scènes du tournage de Chinese Zodiac 12 et d’un élément de la personnalité de l’auteure (chance, mémoire, courage, apparence…), des anecdotes et réflexions sur sa découverte de plus en plus experte de la Chine et sur son métier de comédienne.

Un parcours initiatique au cœur de la société chinoise.

A propos de l’auteure

Star française du film de Jackie Chan, Laura Weissbecker a débuté en France avec Cédric Klapisch, Elie Chouraqui et Tonie Marshall. Diplômée d’une école d’ingénieur, ancien mannequin, elle parle couramment Français, Anglais, Chinois et Allemand. Elle vit entre Los Angeles, Paris et Pékin. Laura Weissbecker vient de créer une société de production et prépare son premier film, une coproduction franco-chinoise.

 

Rendez-vous :
Samedi 22 octobre 2016 à 17h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

Rencontre avec Christophe Falin, auteur de « Shanghai/Hong Kong : Villes de cinéma »

auteurChristophe Falin, spécialiste du cinéma chinois et enseignant à l’université Paris 8 viendra nous présenter son nouvel ouvrage Shanghai/Hong Kong : Villes de cinéma paru chez Armand Colin sur la place des villes de Shanghai et Hong Kong dans l’histoire du cinéma chinois mais aussi occidental.

Résumé
a-couvVilles-cinéma, ciné-cités, Shanghai et Hong Kong cristallisent réalités et fantasmes des cinéastes et des spectateurs. Emblèmes de la modernité urbaine chinoise, du colonialisme et des excès du capitalisme, repères de criminels, coeur du trafic d’opium, du jeu et de la prostitution, depuis les années 1930 jusqu’à aujourd’hui, elles n’ont cessé de fasciner les artistes et les intellectuels, chinois et occidentaux.
Successivement centres de l’industrie du cinéma chinois, ces villes, leur identité, leur histoire, sont aussi devenues source de création cinématographique et objets filmiques à part entière. Cet ouvrage, s’appuyant sur un large corpus de films, fait découvrir Shanghai et Hong Kong, mais aussi la société et le cinéma chinois à travers les multiples rapports qui unissent les deux villes et les œuvres qu’elles ont inspirées.
Il restitue l’extrême richesse d’un cinéma en constante évolution, reflet passionnant des traditions et des mutations culturelles et politiques de la Chine.

Rendez-vous
Vendredi 7 novembre 2014 à 18h
Entrée libre – Inscription sur notre site

Coup de coeur : Alors, la Chine

Il ne vous aura sans doute pas échappé que le Centre Pompidou organise actuellement (du 14 avril au 26 mai) une rétrospective des films de Wang Bing accompagnée par une exposition unique de photographies prises par le cinéaste sur les lieux de ces tournages.

Les Trois soeurs du YunnanVous n’aurez pas non plus manqué la sortie (14 avril) du dernier documentaire que nous livre le cinéaste chinois : Les trois soeurs du Yunnan confirme le talent de ce « topographe de la Chine contemporaine » comme le baptise Sandrine Marques dans l’article que le Monde lui a consacré pour la sortie de son film. Dans chacun des films de Wang Bing s’impose l’écrasante nécessité de « rendre visibles ceux dont l’histoire ignore jusqu’à la présence », d’attirer l’attention vers « un paysage humain menacé d’effacement », pour reprendre les mots de Sandrine Marques. Comme elle le dit très justement, Wang Bing « enregistre la survivance de l’humain au milieu d’un effondrement général ». (Le Monde, 16/04/2014)

Nous attirons quant à nous votre attention sur un livre d’entretiens paru pour accompagner la rétrospective du Centre Pompidou : Alors, la Chine permet de saisir toute la justesse de l’expression « topographe de la Chine ». Ce livre est en effet décomposé par lieux : une carte de Chine dessinée permet de comprendre d’un seul coup d’oeil dans quelles régions de Chine ont été tournés les films de Wang Bing. Les entretiens entre Wang Bing et Emmanuel Burdeau et Eugenio Renzi sont ensuite découpés par régions, chacune étant associée aux films qui y ont été tournés. Le lecteur découvre alors le travail derrière le documentaire, le contexte de tournage, les difficultés rencontrées et racontées par Wang Bing, son rapport avec les gens qu’il a filmés, avec les lieux, des anecdotes, les décisions prises au montage, etc.

Lorsqu’on lui demande si les autorités l’ont déjà contacté pour lui passer commande d’un film, Wang Bing répond : « Jamais. Les autorités, notamment celles du cinéma pensent que je ne suis pas doué. Elles trouvent mon cinéma mauvais » (Alors, la Chine p.88), commentaire qui ne peut que nous faire sourire quand l’on considère, comme le décrit si bien Isabelle Régnier pour le Monde : « A la casse matérielle et morale qui s’opère à l’échelle des masses, Wang Bing oppose la force de son regard, une attention extrêmement délicate aux individus, auxquels il donne, dans des plans dont la longueur est devenue légendaire, une puissance mythique ». (Le Monde, 16/04/2014)

Commander Alors la Chine

Rencontre autour du film documentaire coréen

Festival Focus CoréeDans le cadre du festival Focus Corée qui se déroule à Paris du 28 mars au 6 avril 2014, nous sommes heureux d’accueillir les réalisateurs coréens Hein S. Seok, Yeonah Paik, Honkgi Lee et Lyang Kim pour une conférence débat sur le documentaire indépendant en Corée du Sud.

Le festival Focus Corée est le premier festival français de documentaires coréens. La Corée du Sud suscite ces dernières années un grand engouement en France, le pays est de plus en plus attractif, la k-pop et les dramas coréens ont largement conquis leur public en France et la littérature coréenne connaît ses heures de gloire grâce au travail de nombreuses maisons d’éditions françaises. Mais au-delà de ces production culturelles, qu’en est-il de la société coréenne actuelle, de la vie au quotidien en Corée du Sud, aux combats que mènent de nombreux Coréens dans une société intransigeante ? Tous les documentaires présentés lors du festival Focus Corée ont été réalisés par des cinéastes coréens. C’est donc un regard de l’intérieur qui vous est donné, une vision sincère mais sans concessions de la société coréenne d’aujourd’hui.

Vous pourrez débattre et poser toutes vos questions aux quatre réalisateurs présents.

Pour assister aux projections de films durant le festival, rendez-vous sur le site Focus Corée où vous trouverez les présentations de tous les films et toutes les informations pratiques concernant les salles et les horaires de projection.

Rendez-vous
Vendredi 4 avril 2014 à 18h
Entrée libre

Lundi 27 janvier : Projection du film Red White de Chen Xinzhong

redwhiteL’INALCO vous invite à la projection du film Red White de Chen Xinrong aux Grands Moulins (téléchargez l’affiche pour plus d’informations). Ce film retrace la vie des habitants du Sichuan après le séisme de 2008. La projection sera suivie d’un débat avec le sociologue et maître de conférence Ji Zhe.

Téléchargez l’affiche au format pdf.

8ème édition du festival du film coréen à Paris

Le festival du film coréen à Paris aura lieu cette année du 29 octobre au 5 novembre et change d’adresse pour vous présenter des films aux Publicis Cinémas, 133 avenue des Champs Elysées.

festival-coréen-3

Avec une trentaine de films proposés et une dizaines de débats avec des réalisateurs, ce festival est un des évènements annuels les plus importants autour de la culture coréenne à Paris…

Plus d’informations sur le site de l’association Bonjour Corée, ou bien sur le site officiel du festival.

En complément, vous trouverez dans nos rayons quelques films coréens, notamment La Servante, Poetry, et Le vieux jardin.

Rencontre avec YU Guangyi, ZHOU Hao et XIE Rong, dans le cadre du Festival Ecrans de Chine

Ecrans de ChineNous avons l’honneur et le plaisir de recevoir trois réalisateurs chinois dans le cadre du festival de documentaires « Ecrans de Chine« . Les réalisateurs YU Guangyi, ZHOU Hao et XIE Rong discuteront avec vous autour du thème « L’émergence du documentaire indépendant en Chine« .

Vous aurez par ailleurs l’occasion de voir de nombreux films documentaires lors du festival « Ecrans de Chine« . Vous trouverez la programmation complète ainsi que toutes les informations pratiques sur le site du festival !

Rendez-vous
Jeudi 26 septembre 2013 à 18h
Entrée libre – Inscription sur notre site

Festival de documentaires chinois « Ecrans de Chine » : du 20 au 29 septembre !

Ecrans de ChineOrganisé par ICTV, le festival de documentaires chinois Ecrans de Chine se déroulera à Paris du 20 au 29 septembre 2014. Cette 3e édition vous permettra d’assister à nombres de documentaires inédits de réalisateurs chinois. Vous avez déjà pu découvrir une sélection de films projetés lors du festival de l’année dernière en DVD à la librairie le Phénix. Cette année encore des documentaires inédits et enrichissants vous ouvriront les portes d’une Chine plurielle et souvent méconnue à travers le regard de réalisateurs chinois. Le programme complet (films projetés, salles, horaires des séances, etc.) sera disponible très prochainement. Nous pouvons pour l’instant vous communiquer deux dates importantes :

- Le vendredi 20 septembre à 18h : Cocktail d’ouverture  au Centre Beaujon, Faubourg St. Honoré, à Paris 8ème. Ce cocktail sera associé au vernissage d’une expo photo accompagnant le festival et suivi du film d’ouverture, hors compétition : L’école des Champions de Yung Chang.

- Le jeudi 26 septembre à 18h au Phénix (72 boulevard Sébastopol, 75003 Paris) : Rencontre exceptionnelle avec des réalisateurs chinois et un débat autour du thème « L’émergence du documentaire indépendant en Chine ». Nous vous en dirons plus très prochainement (surveillez notre site internet, onglet « événements » !)

Poetry en DVD

Une fois n’est pas coutume, le livre de la semaine est un film… à sa sortie dans les salles françaises, Poetry de Lee Chang-dong avait été salué par la presse. S’il prend pour titre la poésie, ce film magnifiquement porté par l’actrice principale Yoon Jung-hee est bien plus qu’une simple histoire de femme excentrique découvrant la poésie. Au contraire, le quotidien et certains des aspects les plus laids de la société menacent sans cesse d’envahir la protagoniste Mija. Même la « poésie », ou plutôt le monde de la poésie, n’est pas exempt d’hypocrisie. Le réalisateur ne tombe pas dans un schéma simpliste selon lequel peines, déceptions, humiliations alimenteraient l »inspiration » de l’héroïne pour être transformés en poèmes. Le scénario est bien plus complexe et les obligations sociales et les faux-semblants empêchent toute niaise sublimation du quotidien par la poésie. Le résultat est un film émouvant qui nous touche par sa justesse et par le jeu remarquable de l’actrice principale.

Commander sur notre site

Cycle Shadows : Festival dédié au cinéma indépendant chinois

De janvier à mai 2013, un lundi par mois, l’association Arisinica, acteur principal des échanges cinématographiques entre l’Europe et la Chine, vous invite à une séance de cinéma indépendant chinois.

Projection Lundi 25 février 2013 à 20h30

Le cycle Shadows vous présente l’oeuvre d’un des pionniers du cinéma documentaire indépendant en Chine, Jiang Yue 蒋樾 qui commença à réaliser des films au début des années 90.

This Happy Life 幸福生活, film programmé pour cette deuxième séance, est sorti en 2002. Il raconte l’histoire de M. Fu et M. Lu, deux responsables de la gare de Zhengzhou, l’un des nœuds ferroviaires les plus importants de Chine. M. Lu dirige l’accueil des passagers tandis que M. Fu est secrétaire du Parti et responsable de l’éducation politique du personnel. Jiang Yue nous révèle les problèmes auxquels sont confrontés les deux hommes ainsi que leurs idéaux familiaux, économiques et politiques. Au début des années 2000, This Happy Life dresse le portrait d’une Chine en pleine mutation : les deux hommes se retrouvent menacés par les revers du capitalisme et figés face aux changements trop rapides de leur pays… Face aux aléas de la vie, M. Lu prononcera cette phrase, témoignage précieux d’un sentiment général d’impuissance : « La situation change plus vite que nous ».

Jiang Yue est né en 1962. Après des études à l’Académie Nationale de l’Art théâtral, il devient l’assistant de Huang Jianzhong sur plusieurs films populaires, notamment The Spring Festival (1991). Il se tourne ensuite vers le cinéma indépendant et réalise son premier long-métrage au Tibet, Theatre Troupe of Lama Priests (1991). En 1994, son film Bi An (L’Autre rive) est sélectionné au Festival du Cinéma du réel.

Pour plus d’informations, connaître le programme complet, les lieux et les tarifs, visitez le site de l’association Arsinica.

 

Du 21 au 31 mars 2013 : Le festival Cinéma du réel au Centre Pompidou

Du 21 au 31 mars 2013 se déroule la 35e édition du festival « Cinéma du réel ». Créé en 1979 par la Bibliothèque public d’information (BPI) au Centre Pompidou, ce festival est consacré au film documentaire et permet de promouvoir la diversité des genres à travers une large sélection internationale.

En 2013, deux cinéastes chinois sont en compétition et le festival se déroule à deux pas de la librairie !

Dans la catégorie Compétition internationale :

Zi Hua Xiang : 47 Gong Li Tiao Wu, de Zhang Mengqi, 2013, 77 minutes, (version originale, sous-titres français/anglais)

  • Le 22 mars 2013 à 16h15 au Centre Pompidou, en salle Cinéma 1 (accès par la mezzanine). La séance est suivie d’un débat.
  • Le 23 mars 2013 à 20h45 au Centre Pompidou, en salle Cinéma 2 (niveau -1). La séance est suivie d’un débat.
  • Le 28 mars 2013 à 10h30 au centre Wallonie-Bruxelles (situé en face du Centre Pompidou, entrée par le 46 de la rue Quincampoix)

Dans la catégorie Compétition internationale courts-métrages

Cha Fang, de Zhu Rikun, 2013, 20 minutes, (version originale, sous-titres français/anglais)

  • Le 27 mars 2013 à 16h00 au Centre Pompidou, en Petite salle (niveau -1). La séance est suivie d’un débat.
  • Le 28 mars 2013 à 12h00 au Centre Pompidou, en salle Cinéma 2 (niveau -1).
  • Le 30 mars 2013 à 17h00 au Centre Pompidou, en salle Cinéma 1 (accès par la mezzanine). La séance est suivie d’un débat.

Pour plus d’informations, connaître le programme complet, les lieux et les tarifs, visitez le site du Festival Cinéma du réel

Les photographies sont reproduites avec l’aimable autorisation du festival Cinéma du réel.

Du 21 au 25 novembre : La Chine des grands travaux (projections)

Cette année, la section « Regards comparés » du festival du film ethnographique Jean Rouch est consacrée à la Chine ! Les projections auront lieu du 21 au 25 novembre 2012.

Sous le titre « La Chine des grands travaux« , Flora Lichaa, Barberine Feinberg et Françoise Foucault ont sélectionné des films documentaires de réalisateurs chinois et non chinois, des archives et des films récents.

Retrouvez tout le programme des projections (jour par jour), les films projetés avec synopsis et toutes les informations pratiques pour vous rendre au festival sur le site du comité du film ethnographique (suivre ce lien).

Du 7 au 10 novembre : Festival Asian Passion

Organisé par l’association Cooleurasia, le Festival Asian Passion 2012 aura lieu dans les locaux de l’INALCO, au 65 rue des Grands Moulins, dans le 13e arrondissement.

L’objectif de ce festival est le rapprochement des cultures asiatiques, et se concentrera autour de 7 pays : Chine, Japon, Corée, Mongolie, Inde, Thaïlande et Vietnam. Seront organisées des projections de films, des spectacles de danse et de théâtre, des ateliers culturels (peinture chinoise, calligraphie coréenne, origami, arts martiaux, cérémonie du thé…), et plein d’autres choses à découvrir dans le programme en ligne sur le site de l’INALCO.

Si vous vous rendez à l’INALCO, n’hésitez pas à faire un tour à la jeune Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC).

Du 9 au 17 novembre : festival Shadows

Organisé par Arsinica, le festival Shadows consacré au cinéma indépendant chinois se tient du 9 au 17 novembre 2012 au Studio des Ursulines, 75005.

Rendez-vous biennal, le festival Shadows propose films, animations et documentaires, longs et courts métrages sélectionnés directement en Chine. Les films projetés sont en version originale sous-titrée.

Pour consulter la programmation du festival et toutes les informations pratiques, rendez-vous sur le site d’Arsinica.

5 décembre : sortie en salles du documentaire Ai Weiwei Never Sorry

Affiche du documentaire Ai Weiwei Never sorryLe 5 décembre 2012 le documentaire d’Alison Klayman sur l’artiste dissident chinois Ai Weiwei sort dans les salles françaises.

Distribué par Haut et court, ce film a reçu un prix spécial du jury (U.S. Documentary Special Jury Prize for Spirit of Defiance ) au festival du film Sundance 2012.

Résumé du film :

Ai Weiwei, artiste dissident de l’ère numérique, inspire l’opinion publique internationale et brouille les frontières entre art et politique. Arrêté par les autorités chinoises le 3 avril 2011, libéré sous caution le 22 juin, Ai Weiwei est, à ce jour, interdit de sortie du territoire.
Ai Weiwei Never sorry, est le portrait d’un artiste engagé qui affronte sans relâche l’Etat chinois et nous rappelle de manière essentielle notre besoin de liberté individuelle, politique et artistique.

Lectures :

Le livre de Hans Ulrich Obrist représente une excellente introduction pour découvrir Ai Weiwei, son oeuvre et sa pensée.

Ayant eu l’occasion de s’entretenir plusieurs fois avec Ai Weiwei, Hans Ulrich Obrist livre dans cet ouvrage ces conversations au cours desquelles Ai Weiwei s’exprime, avec la liberté de ton qui le caractérise, pour évoquer son travail et ses oeuvres, mais également sa famille et son enfance.

Pour commander ce livre : Ai Weiwei, Hans Ulrich Obrist, Manuella Editions