Archives de l’auteur : Audrey

Le garde, le poète et le prisonnier de Lee Jung-myung

Une enquête sur fond historique et un hommage à la poésie

Ce roman de l’auteur coréen LEE Jung-Myung possède tous les aspects qui font d’un livre une lecture forte et inoubliable.

L’aspect historique tout d’abord, Lee Jung-Myung entraîne son lecteur en 1944 dans un pénitencier situé à Fukuoka, au Japon. Y sont incarcérés opposants politiques et résistants parmi lesquels de nombreux Coréens. Ces derniers se voient réservés une unité spéciale et un traitement des plus rigoureux et l’on saisit mieux la complexité des relations entre Coréens et Japonais de cette époque.

L’aspect littéraire ensuite : une belle écriture qui rend hommage à la poésie. Une censure stricte règne sur le pénitencier et de nombreux romans y sont interdits. Pourtant l’amour de la poésie règne étrangement parmi les protagonistes de ce roman et les poèmes retrouvés mystérieusement serviront de fil d’ariane pour conduire le héros dans son enquête.

Le suspens est le troisième aspect rendant ce livre passionnant. Le roman s’ouvre sur un meurtre d’une cruauté choquante : un gardin qui avait la réputation d’être violent envers les prisonniers a sauvagement été assassiné. C’est le jeune Watanabe qui sera chargé de l’enquête et c’est lui que le lecteur suit dans la révélation de secrets et de machinations qui dépassent le cadre de la prison…

L’aspect humain enfin, qui nous mène à travers les relations animant gardiens et prisonniers, dans ce lieu terrifiant où la violence tolérée ne détruit pas pour autant l’authenticité des relations humaines, surtout lorsqu’elles sont illuminées par la poésie.

Commander sur notre site

Coup de coeur : Japon colonial 1880-1930 : les voix de la dissension

Les intellectuels japonais opposés au colonialisme

Edité sous la direction de Pierre-François Souyri, ce livre donne accès, pour la première fois en langue française, à des écrits d’intellectuels japonais qui se sont engagés contre les ambitions coloniales du Japon.

Avec des textes parfois très critiques envers le gouvernement japonais, ces professeurs d’université et intellectuels de tous bords s’opposent au colonialisme et prônent un « petit Japon » en faisant de la démocratie une valeur plus précieuse que l’expansion territoriale. Les prétentions japonaises sur la Chine et la Corée ne faisaient pas l’unanimité parmi la population japonaise mais peu ont eu le courage d’élever leur voix et de critiquer la manière dont le Japon mène sa politique expantionniste.

Certains vont jusqu’à rendre le Japon responsable des émeutes anti-japonaises et du sentiment anti-japonais qui animait les Coréens et les Chinois. Yoshino Sakuzô dénonce ainsi : « Tous les Japononais, les dirigeants comme le peuple, se sont comporté avec les Coréens comme des conquérants arrogants. » (p. 58) tandis que Yanagi Muneyoshi appelle, dans un texte émouvant, à « penser aux Coréens ». Admiratif de l’art coréen, conscient de l’histoire chaotique de ce pays, Yanagi Muneyoshi adresse ce cri aux Coréens : « Gens de Corée, même si les intellectuels de mon pays vous insultent et vous font souffrir, (…) je souhaite que vous sachiez qu’il y a dans mon pays des gens qui regrettent vraiment que l’humanité soit ainsi foulée aux pieds » (p.51).

Nous ne pouvons que saluer l’initiative de Pierre-François Souyri et du Groupe de Genève d’avoir traduits ces textes et redonné une voix à ces auteurs de la dissension qui appelaient à plus d’humanité, de rationalité et d’empathie. Ce livre permet également de jeter une nouvelle lumière sur les relations qui existaient entre le Japon, la Chine et la Corée au tournant du XXe siècle.

Commander sur notre site.

Chinese Food Week à Paris !

Une semaine pour découvrir la gastronomie chinoise…

L’Association des Jeunes Chinois de France organise un événement innovant, original et riche en saveurs : la Chinese Food Week de Paris. Du 2 au 8 juin, l’association vous propose de découvrir les cuisines de 7 régions de Chine à travers 7 soirées dans 7 restaurants parisiens.

Dans le but de faire découvrir la gastronomie chinoise dans toute sa singularité et pour montrer qu’il n’y a pas qu’une seule cuisine chinoise mais de nombreuses spécialités et particularités régionales, l’AJCF a choisi pour vous 7 régions de Chine aux saveurs bien marquées : le Guangdong, le Xinjiang, le Hunan, le Jiangsu, le Sichuan, le Shandong et le Zhejiang (cliquez sur l’image pour agrandir).

Rendez-vous dans l’un des 7 restaurants chinois sélectionnés pour leur qualité ! Vous découvrirez ainsi des plats authentiques et également, une bonne adresse parisienne pour goûter aux délices de la cuisine chinoise ! Nombreux sont nos clients à nous demander quels restaurants chinois nous pouvons leur recommander… en voici 7 servis sur un plateau ! (cliquez sur l’image pour agrandir).

Cet événement s’adresse à tous, mais attention, la réservation est obligatoire ! Rendez-vous sur le site de la Chinese Food Week pour plus d’informations et pour réserver !

Ma vie palpitante de KIM Ae-ran

L’une des plus belles histoires d’amour que l’on puisse raconter : celle de parents pour leur enfant handicapé.
C’est un roman poignant et sensible d’une grande beauté que nous livre l’auteur coréenne Kim Ae-ran. Mené avec délicatesse et sincérité, le roman Ma Vie palpitante aborde un thème universellement douloureux : le drame qui frappe certains parents de devoir élever un enfant voué à mourir avant eux. Dans le roman de Kim Ae-ran, les parents sont de très jeunes parents, deux adolescents qui bravent leur entourage et la société en se retrouvant malgré eux responsables du petit Areum. L’amour qu’ils portent à leur enfant atteint d’une maladie génétique extrêmement rare, la tendresse des dialogues, la simplicité des sentiments et la fragilité du quotidien font l’objet de magnifiques pages dans ce roman.

Racontée du point de vue d’Areum, cette histoire est la plus universelle des histoires d’amour : celle de parents pour leur enfant… mais c’est aussi l’histoire d’un enfant qui tente de raconter l’histoire de ses parents, de se mettre dans leur peau, de mettre en mots leur combat et leur silencieuse résignation.

Commander le roman sur notre site.

Egalement disponible : la version coréenne de Ma vie palpitante.

Sept yeux de chat de CHOI Jae-hoon

Méfiez-vous, le narrateur pourrait bien se jouer de vous…
Sept Yeux de chats est un roman fascinant qui a la rare capacité de surprendre le lecteur tout en le tenant en haleine, de lui faire froncer les sourcils de perplexité puis de lui faire s’écrier « c’est ça ! » avant qu’il n’en doute de nouveau… ce qui nous confirme au moins une chose : la lecture est une aventure.

Récits effrayants, enquêtes mystérieuses, histoires de vengeances… un labyrinthe d’histoires toutes plus passionnantes les unes que les autres vous invitera à jouer les détectives pour démêler le vrai du faux, comprendre qui raconte quoi, qui s’inspire de qui et qui écrit quoi dans ce roman époustouflant d’originalité, d’audace et de génie.

Choi Jae-hoon déploie en effet un procédé ingénieux qui vous fera remonter les strates de la fiction pour vous approcher, si possible, de la création littéraire. Quand les personnages s’improvisent narrateurs (ou quand le narrateur se dissimule parmi les personnages), quand les auteurs rencontrent leurs personnages et quand, en plus, les traducteurs s’en mêlent… c’est au lecteur de faire le tri ! Mais plus vous avancez dans ce roman, plus vous aurez l’impression d’approcher de la réalité, même si, dans ce jeu de poupées russes, la dernière strate c’est vous, lecteur !

Commander sur notre site !

Egalement disponible à la librairie : la version coréenne de Sept yeux de chats.

 

Coup de coeur : Alors, la Chine

Il ne vous aura sans doute pas échappé que le Centre Pompidou organise actuellement (du 14 avril au 26 mai) une rétrospective des films de Wang Bing accompagnée par une exposition unique de photographies prises par le cinéaste sur les lieux de ces tournages.

Les Trois soeurs du YunnanVous n’aurez pas non plus manqué la sortie (14 avril) du dernier documentaire que nous livre le cinéaste chinois : Les trois soeurs du Yunnan confirme le talent de ce « topographe de la Chine contemporaine » comme le baptise Sandrine Marques dans l’article que le Monde lui a consacré pour la sortie de son film. Dans chacun des films de Wang Bing s’impose l’écrasante nécessité de « rendre visibles ceux dont l’histoire ignore jusqu’à la présence », d’attirer l’attention vers « un paysage humain menacé d’effacement », pour reprendre les mots de Sandrine Marques. Comme elle le dit très justement, Wang Bing « enregistre la survivance de l’humain au milieu d’un effondrement général ». (Le Monde, 16/04/2014)

Nous attirons quant à nous votre attention sur un livre d’entretiens paru pour accompagner la rétrospective du Centre Pompidou : Alors, la Chine permet de saisir toute la justesse de l’expression « topographe de la Chine ». Ce livre est en effet décomposé par lieux : une carte de Chine dessinée permet de comprendre d’un seul coup d’oeil dans quelles régions de Chine ont été tournés les films de Wang Bing. Les entretiens entre Wang Bing et Emmanuel Burdeau et Eugenio Renzi sont ensuite découpés par régions, chacune étant associée aux films qui y ont été tournés. Le lecteur découvre alors le travail derrière le documentaire, le contexte de tournage, les difficultés rencontrées et racontées par Wang Bing, son rapport avec les gens qu’il a filmés, avec les lieux, des anecdotes, les décisions prises au montage, etc.

Lorsqu’on lui demande si les autorités l’ont déjà contacté pour lui passer commande d’un film, Wang Bing répond : « Jamais. Les autorités, notamment celles du cinéma pensent que je ne suis pas doué. Elles trouvent mon cinéma mauvais » (Alors, la Chine p.88), commentaire qui ne peut que nous faire sourire quand l’on considère, comme le décrit si bien Isabelle Régnier pour le Monde : « A la casse matérielle et morale qui s’opère à l’échelle des masses, Wang Bing oppose la force de son regard, une attention extrêmement délicate aux individus, auxquels il donne, dans des plans dont la longueur est devenue légendaire, une puissance mythique ». (Le Monde, 16/04/2014)

Commander Alors la Chine

Rencontre autour du film documentaire coréen

Festival Focus CoréeDans le cadre du festival Focus Corée qui se déroule à Paris du 28 mars au 6 avril 2014, nous sommes heureux d’accueillir les réalisateurs coréens Hein S. Seok, Yeonah Paik, Honkgi Lee et Lyang Kim pour une conférence débat sur le documentaire indépendant en Corée du Sud.

Le festival Focus Corée est le premier festival français de documentaires coréens. La Corée du Sud suscite ces dernières années un grand engouement en France, le pays est de plus en plus attractif, la k-pop et les dramas coréens ont largement conquis leur public en France et la littérature coréenne connaît ses heures de gloire grâce au travail de nombreuses maisons d’éditions françaises. Mais au-delà de ces production culturelles, qu’en est-il de la société coréenne actuelle, de la vie au quotidien en Corée du Sud, aux combats que mènent de nombreux Coréens dans une société intransigeante ? Tous les documentaires présentés lors du festival Focus Corée ont été réalisés par des cinéastes coréens. C’est donc un regard de l’intérieur qui vous est donné, une vision sincère mais sans concessions de la société coréenne d’aujourd’hui.

Vous pourrez débattre et poser toutes vos questions aux quatre réalisateurs présents.

Pour assister aux projections de films durant le festival, rendez-vous sur le site Focus Corée où vous trouverez les présentations de tous les films et toutes les informations pratiques concernant les salles et les horaires de projection.

Rendez-vous
Vendredi 4 avril 2014 à 18h
Entrée libre

Le printemps des poètes à la Bibliothèque des Grands Moulins

printemps des poetes 2014La Bibliothèque centrale des Grands Moulins (5 rue Thomas Mann, 75013 Paris) fête le Printemps des poètes avec notamment une démonstration de calligraphie chinoise par M. Qi Chong le 19 mars à 15h dans le hall d’accueil de la bibliothèque. Vous pourrez également assister à une lecture de haïkus le 20 mars à 17h30 (Galerie de la bibliothèque), tandis qu’une exposition se tient jusqu’au 30 mars pour vous présenter beaux-livres et travaux de calligraphie.

Vous trouverez toutes les informations utiles et plus de détails sur ces événements sur le site de de la bibliothèque des Grands Moulins.

Rencontrez Bi Feiyu, Wang Anyi, Li Er, Sun Ganlu et Huang Beijia !

Chers amis amateurs et passionnés de littérature chinoise, voici quelques rendez-vous exceptionnels à ne pas manquer ! Vous pourrez rencontrer les auteurs traduits en français par Philippe Picquier sur le Stand des éditions Philippe Picquier au Salon du Livre aux dates ci-dessous. Les auteurs Bi Feiyu, Wang Anyi, Li Er, Sun Ganlu et Huang Beijia y seront présents pour des séances de dédicaces. Tous leurs romans traduits en français seront disponibles sur le stand des éditions Philippe Picquier.

Dates et horaires des dédicaces (samedi 22 mars et dimanche 23 mars) :

BI Feiyu : samedi à 14h30 et dimanche à 16h
Li Er : samedi à 15h30
Huang Beijia : dimanche à 11h30
Sun Ganlu : dimanche à 14h
Wang Anyi : dimanche à 15h

Rendez-vous à :

Salon du livre de Paris
Stand Philippe Picquier N24 (au sein de la Région PACA)

Paris Porte de Versailles – Pavillon 1
Boulevard Victor,
Paris 15ème

La prière d’Audubon d’Isaka Kotaro

Dans La Prière d’Audubon, Isaka Kotaro vous entraîne à la frontière du fantastique tout en offrant une analyse pertinente et sans concession de la cruauté humaine. L’histoire se déroule dans une île ignorée du monde, au large du Japon, dont les habitants vivent reclus et coupés du monde depuis plus de cent ans. Dans cette communauté refermée sur elle-même, on trouve toutes les bassesses et mesquineries qui conduisent au meurtre et l’on est étonné de voir que le paysage idyllique et paradisiaque de l’île est le témoin de crimes qui se commettent et se punissent de bien étranges manières. Une étrangeté d’ailleurs exacerbée par des personnages inquiétants au comportement bizarre pour certains.

Quand surgit un événement dramatique totalement inattendu, chacun devient suspect et le narrateur, plongé dans cet univers malgré lui, mènera son enquête pour le plus grand plaisir du lecteur.

Rares sont les romans qui entretiennent le suspens et l’humour jusqu’à la dernière page et mêlent l’étrange, le merveilleux et la cruauté avec autant d’enthousiasme et de brio !

Commander sur notre site ! (11 euros, format poche)

Tous vos hanja à portée de main !

Dictionnaire de hanja conseillé par un professeur de l’université Paris Diderot (paris 7) et utilisé dans cette université, le 現代活用玉篇 est l’outil essentiel de tout étudiant du coréen se lançant dans l’aventure des hanja. Entièrement en coréen, ce dictionnaire répertorie 7000 hanja et 30000 mots de vocabulaire. Vous retrouvez facilement un hanja dans le dictionnaire grâce au classement par prononciation en hangeul en fin d’ouvrage ou, si vous ne connaissez pas la prononciation du hanja, par nombre de traits dans le caractère (un tableau se trouve en fin de dictionnaire). Dans le dictionnaire, les caractères sont classés par clés.

Pour chaque hanja vous sont données les informations essentielles :

  • la clef du caractère
  • le sens en coréen du caractère
  • la prononciation en coréen du caractère
  • une graphie manuscrite du caractère
  • la décomposition trait par trait
  • la prononciation en chinois et en japonais
  • la signification du caractère en anglais (traduction très succincte mais utile)
  • l’origine du caractère, son étymologie
  • la définition du caractère en coréen
  • toute une série de mots commençant par ce caractère ou comprenant ce caractère. Pour chaque mot, vous sont donnés les caractères, le hangeul et la définition en coréen.

Bref, ce dictionnaire renferme toutes les informations importantes et nécessaires lors de l’apprentissage et l’étude des hanja. Etant entièrement en coréen, il s’adresse à des étudiants ayant déjà des bases à l’oral, bien qu’il puisse également être utilisé comme ouvrage de référence par des débutants (notamment pour connaître la prononciation du caractère et sa décomposition).

 Commandez sur notre site ! (29.90 euros)

Une si lente absente

Eric Faye vous entraîne avec lui sur la route du Transsibérien, de Moscou à Pékin. Sous sa plume prennent vie les paysages traversés, les sensations du voyageur, l’histoire du transsibérien, le luxe passé de ses wagons, les villes escales… L’écriture est si belle et poétique qu’on ne sait quel passage citer pour vous donner un aperçu de ce voyage où la lenteur et l’immensité du parcours favorisent l’introspection.  De Moscou à la Mongolie, d’Oulan-Bator à la Chine du Nord, ce petit livre est un vrai régal, les sensations étant encore accrues par les photographies de Xavier Voirol.

Le transsibérien est une grande récréation de l’esprit, qui doit réinventer des moyens de s’occuper, de tisser du sens pour ne pas craindre l’immensité retrouvée

Bonne année du cheval de bois !

Comme chaque année pour le Nouvel An chinois, les éditions Philippe Picquier vous offre une estampe pour l’achat de deux titres de leur collection ! Venez vite en librairie pour découvrir l’estampe de cette année : une des oeuvres du peintre japonais Kamisaka Sekka que vous avez pu découvrir dans le magnifique coffret Les herbes de l’éternité, paru aux éditions Philippe Picquier bien sûr ! J’en profite pour souligner que ce coffret vaut vraiment le détour, pour preuve un extrait au format pdf à télécharger

Kamisaka Sekka

Le livre de la semaine : Contes chinois !

Ce sont en fait 4 livres que nous vous présentons cette semaine : deux livres de contes chinois et deux livres d’expressions chinoises, illustrés par des dessinateurs chinois.

Contes chinois d’hier et d’aujourd’hui vol. 1 et 2 :

Ces deux volumes présentent de nombreux contes chinois, qu’ils soient traditionnels ou contemporains, tous magnifiquement illustrés par des dessinateurs chinois. Drôles, mignons, loufoque ou étranges, ces contes mettent en scènes humains et animaux avec inventivité pour faire rêver et développer l’imagination de nos jeunes lecteurs.
Dès 8 ans
Disponible également en chinois
Commander Contes chinois d’hier et d’aujourd’hui vol. 1
Commander Contes chinois d’hier et d’aujourd’hui vol. 2

Histoire des expressions chinoises vol. 1 et 2 :

Tous ceux qui apprennent le chinois connaissent les chengyu : ces fameuses expressions chinoises en quatre caractères que l’on associe souvent à nos proverbes français. Imagés, drôles, étranges, ces expressions cachent toutes une histoire qui les explique. Il n’y a qu’en connaissant l’histoire ayant donné naissance à un chengyu que l’on peut pleinement comprendre le sens de celui-ci.

Ces deux volumes des Histoires des expressions chinoises, passent en revue environ 80 chengyu en donnant tout d’abord pour chacun : l’expression en chinois, la traduction en français (sens littéral), l’emploi approprié et un équivalent en français. Puis vient l’histoire du chengyu sous forme de petite fable qui ravira tous les enfants à partir de 10 ans. Magnifiquement illustrés par des dessinateurs chinois, ces livres s’adressent aux jeunes lecteurs mais plairont tout autant aux parents et à tous ceux qui apprennent le chinois ou veulent approfondir leur connaissance de la culture chinoise.
A partir de 10 ans
Disponible en chinois
Commander Histoire des expressions chinoises vol. 1
Commander Histoire des expressions chinoises vol. 2

Le chat zen : en cartes !

Vous êtes nombreux à connaître Le Chat zen et son compagnon Le Chat philosophe, deux petits livres  alternant citations et illustrations de l’artiste chinoise Kwong Kuen Shan. Mais savez-vous que les illustrations du chat zen sont également disponibles en cartes postales ? Editées par Côté Bord’eau, ces cartes déclinent les chats de Kwong Kuen Shan et sont toutes disponibles à la librairie !

Nos rencontres de février 2014

Le mois de février s’annonce riche en événements et en personnalités ! Il y en aura pour tous les goûts… et pour tous les âges !

untitledNous commençons l’année chinoise par une dédicace de l’auteur Pierre Cornuel qui fera découvrir aux enfants la magie d’un trait de pinceau ! Venez découvrir son magnifique album Eclats de lune et repartez avec une belle affiche offerte par les éditeurs ! Rendez-vous le samedi 1er février dès 16h !

Grand événement oblige, nous nous devions d’organiser une soirée autour du Nouvel An chinois. Connaissez-vous toute la symbolique du Nouvel An chinois, son histoire, les coutumes qui lui sont attachées ? Wang Jing, spécialiste de la question, sera présente au Phénix pour répondre à toutes vos questions le vendredi 7 février à 18h.

Comme vous le savez, l’année 2014 célèbre les 50 ans de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine. Nous profitons de l’occasion pour plonger dans l’histoire des relations entre ces deux pays. Après avoir reçu Christine Leang en janvier, nous continuons notre exploration avec Geneviève Deschamps qui vous présentera Lettres de Chine le vendredi 14 février à 18h.

Nombreux seront nos clients ravis par cette nouvelle : nous attendons le nouveau livre de Cyrille Javary et l’accueillerons le vendredi 21 février à 18h. La Souplesse du dragon revient sur « les fondamentaux de la culture chinoise ».

Enfin et pour finir le mois en beauté : nous accueillerons Jacques Pimpaneau pour la présentation de son livre très attendu sur l’opéra classique chinois. Disponible aux Belles Lettres, ce titre est l’ouvrage le plus complet sur l’histoire du théâtre chinois, la naissance de l’opéra, ses techniques, les opéras locaux, etc. Rendez-vous le vendredi 28 février à 18h ! 

Afin de nous aider à évaluer le nombre de présents, merci de vous inscrire sur notre site (http://www.librairielephenix.fr  onglet « événements »).

 

Promenade au jardin des poiriers

Nous attendions sa parution avec impatience : ça y est ! Le livre de Jacques Pimpaneau sur l’Opéra classique chinois est enfin disponible aux Belles Lettres.

Voilà un ouvrage qui comble un vide dans le paysage éditorial français sur le théâtre classique chinois. Chine : l’opéra classique, Promenade au jardin des poiriers présente l’opéra chinois et son histoire, ses techniques, les caractéristiques des différents opéras locaux… mais Jacques Pimpaneau nous offre également une belle présentation du théâtre classique chinois, son histoire et ses évolutions. Bref, il s’agit d’un ouvrage très complet dont vous pourrez découvrir le sommaire sur la page de notre site.

Et qui de mieux placé pour vous présenter ce livre que Jacques Pimpaneau lui-même ?

Nous avons le plaisir de vous inviter à une rencontre avec Jacques Pimpaneau le vendredi 28 février à 18h au Phénix pour une présentation et une dédicace de Chine : l’opéra classique. Nous vous invitons à vous inscrire sur la page de l’événement sur notre site internet, cela nous permet d’évaluer le nombre de présents ! 

 

Lundi 27 janvier : Projection du film Red White de Chen Xinzhong

redwhiteL’INALCO vous invite à la projection du film Red White de Chen Xinrong aux Grands Moulins (téléchargez l’affiche pour plus d’informations). Ce film retrace la vie des habitants du Sichuan après le séisme de 2008. La projection sera suivie d’un débat avec le sociologue et maître de conférence Ji Zhe.

Téléchargez l’affiche au format pdf.

Livres de la semaine : Photographie contemporaine chinoise

Le livre de la semaine est cette fois ci une série entière de livres consacrés à la photographie contemporaine chinoise. Les éditions Thircuir vous proposent des monographies de nombreux artistes contemporains chinois. S’il est déjà notable de voir une maison d’édition entièrement consacrée à l’art chinois, on salue également le format original adopté par Thircuir. De format poche, ces petits livres raviront tous ceux qui n’ont ni le budget ni la place nécessaire pour investir dans un beau livre grand format. Malgré leur taille, ces livres présentent une qualité de papier et de reproduction qui n’a rien à envier aux grands formats.

Cette série permet de mettre en avant des artistes chinois contemporains parmi lesquels des grands noms comme Liu Bolin, Yang Yongliang ou encore Li Wei.

Vous trouverez toute la collection en librairie ou sur notre site en suivant ce lien !

Pour en apprendre plus sur chaque artiste et visualiser quelques pages intérieures, visitez le site des éditions Thircuir.

Embarquement pour la Chine de Christine Leang

Embarquement pour la Chine est un livre absolument passionnant grâce auquel vous découvrirez les destinées de Français et Françaises qui ont foulé le sol chinois de 1740 à 1950.

A travers des notices courtes, Christine Leang nous offre un magnifique panorama des découvertes, des ambitions, du courage et bien sûr, de la passion de Français qui partirent pour la Chine, que ce soit par engagement, croyance ou goût de l’aventure.

Parmi ces aventuriers, des noms sont bien évidemment restés célèbres, vous croisez ainsi la route des époux Marbotte (voir également Un chemin de fer au Yunnan), d’Alexandre Yersin dont l’aventure asiatique a été popularisée récemment par Patrick Deville dans Peste et Choléra, Alexandra David-Néel, Paul Pelliot, Victor Segalen, ou encore l’incroyable épopée de la La Croisière jaune à laquelle les éditions Glénat viennent de consacrer un superbe coffret documenté et agrémenté de nombreux fac-similés.

Parmi ces grandes personnalités, vous découvrirez également des histoires peu connues ou oubliées comme la première traduction de L’Art de la guerre par le père Joseph-Marie Amiot, l’envoi du premier panda en France par le père Armand ou encore, aussi surprenant que cela puisse paraître aujourd’hui, l’introduction du « pousse-pousse » en Chine (depuis le Japon) par le commerçant français Ménard.

Avant de suivre ces destinées, Christine Leang revient sur les conditions historiques dans lesquelles débarquèrent les héros de son livre. Une introduction claire et concise lui permet de rendre en quelques pages l’essentiel des conditions historiques qui ont marqué la Chine durant ces trois siècles, de l’arrivée des missionnaires religieux à l’arrivée des communistes au pouvoir en passant par les guerres, révoltes et révolutions qu’a connues le pays et qui ont bien entendu marqué le destin de ceux qui se rendaient en Chine.

Nous vous laissons découvrir ces « bâtisseurs », « éclaireurs », « combattants », « artistes », « aventuriers » et « humanistes », comme les décrit Christine Leang, et citons pour terminer Jean Skarbek, disant à propos de son père parti en Chine en 1906 en tant qu’ingénieur ferroviaire pour construire la ligne Kaifeng-Luoyang :

(…) malgré son long séjour, il ne prétendait pas connaître la Chine, ni surtout les Chinois. Leur mystère d’alors, qu’il  disait n’avoir fait que côtoyer, lui restait entier. Il était parti pour un rêve, il n’en retint que le pays des merveilles avec sa grande part d’inconnu. p.48

Pour commander le livre sur notre site, suivez ce lien

Nous recevrons Christine Leang au Phénix le vendredi 3 janvier 2014 à 18h pour la présentation et la dédicace de Embarquement pour la Chine. Suivez ce lien pour vous inscrire sur la page de notre site.