Rencontre et débat autour du numéro spécial de la revue « Hommes et Migrations », « Migrations chinoises et générations »

À l’occasion de la parution du numéro spécial de Hommes et Migrations “Migrations Chinoises et Générations”, 2016, n°1314.

Revue Hommes et migrations, n1314 :  Migrations chinoises et générations

 

Une génération de Chinois a grandi depuis le renouveau de la mobilité à l’intérieur de la Chine et hors de ses frontières. Entre outre, les routes et motifs migratoires des Chinois en France se diversifient en termes à la fois d’origine régionale et de statut social. Afin de renouveler les connaissances sur cette population chinoise, le dossier spécial d’« Hommes et Migrations » rassemble des travaux sur les enjeux inter-générationnels et sur les descendants de migrants chinois.

Résumé :

Ce numéro présente les migrations chinoises dans le monde – en Europe, au Canada, en Zambie, au Japon et en Chine – sous l’angle des dynamiques familiales. Les travaux pluridisciplinaires récents analysent l’intégration socio-économique des descendants de migrants chinois, tout comme celle des anciens, pionniers de la migration ou grands-parents venus rejoindre leur famille, en observant leurs relations avec les institutions (école, santé) et leurs activités associatives. De manière plus transversale, les questions de l’image de soi et des autres, de représentations sociales et politiques et de transmission culturelle montrent combien ces générations, inscrites parfois malgré elles dans la problématique migratoire, entament des négociations nécessaires pour trouver leur place au sein des sociétés dans lesquelles elles vivent.

Au regard de l’actualité de cet été et de la mobilisation des « Chinois de France » contre l’insécurité, nous proposons dans ce débat de nous intéresser plus particulièrement aux implication des jeunes chinois de France dans la vie associative, leurs désirs de se démarquer des préjugés liés à leurs aînés et leur engagement dans la vie politique.

Simeng Wang, docteure en sociologie diplômée à l’ENS-EHESS, est chargée de recherche au CNRS. Après avoir travaillé sur les liens logiques et dynamiques entre mobilités spatiales, mobilités sociales et souffrances psychiques à partir du cas de migrants chinois et de leurs descendants à Paris (thèse de doctorat), ses travaux actuels portent sur les circulations transnationales de personnes, de produits, d’idées et de savoirs entre la Chine et la France, notamment dans le secteur de la santé.

Ken Chen, doctorant en sociologie à URMIS Paris-Diderot Paris 7. Sujet de travail: L’engagement social et politique des associations chinoises, notamment les associations dirigées par les descendants d’immigrés chinois, pour la montée du statut d’immigrés chinois en France.

Marie Poinsot, responsable des Editions au Musée national de l’histoire de l’immigration et rédactrice en chef de la revue Hommes & Migrations.

Rendez-vous :
Mardi 18 octobre 2016 à 18h
Au 1er étage de notre librairie
Entrée libre Inscription sur notre site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *